Accueil / Culture / Festival Avignon Off : Dormez je le veux de Feydeau au Sham’s Théâtre

Festival Avignon Off : Dormez je le veux de Feydeau au Sham’s Théâtre

Pour cette nouvelle édition 2019 du Festival Avignon Off, j’avais envie de voir toutes sortes de pièces, des seuls en scène, des comédies musicales, des spectacles musicaux, mais aussi un classique. Mon choix s’est porté sur un vaudeville hilarant de Georges Feydeau : Dormez je le veux ! présenté par l’attachante Compagnie Saynète et sans bavure au Sham’s Théâtre.

Dormez je le veux

Le grand intérêt de cette pièce réside dans le fait qu’elle est assez méconnue du public car peu présentée, mais aussi parce qu’elle parle d’un phénomène très en vogue actuellement : le mentalisme et l’hypnose… Voici le pitch :

Justin, valet impertinent et rebelle, possède des dons d’hypnotiseur. Il a l’habitude de se servir de ses pouvoirs contre son maître, Boriquet, et de lui faire faire toutes les taches du logis. A ses dépens, Boriquet devient l’esclave de son domestique.
La vie est si douce… mais c’est sans compter sur les lubies de son bourgeois de maître ! Celui-ci projette de se marier. Catastrophe !!! Justin doit réagir au plus vite et compte bien sur ses dons pour retourner la situation à son avantage… du moins l’espère-t-il..

Mon avis de spectatrice :

J’ai tellement ri que j’ai eu mal aux joues en sortant de la représentation, tant  le rythme effréné de la pièce et les facéties de la troupe ne vous accordent aucun répit ! La salle comble était pliée de rire du début jusqu’à la fin.

Le texte n’a pas pris une ride pour une oeuvre écrite en 1897, dont l’argument principal qui est la manipulation est plus que jamais d’actualité ! La mise en scène de Sylvie Auger apporte beaucoup de fraîcheur au jeu des acteurs, avec une grande part donnée à l’expression corporelle et aux mimiques. J’ai également beaucoup apprécié l’insertion de morceaux de chansons qui illustrent de manière facétieuse les moments-clé de la pièce.

Les comédiens sont bluffants de naturel, avec une complicité tangible sur scène où il est clair qu’ils  s’amusent autant que le public, . Une telle pièce aurait peut-être mérité une scène plus vaste pour que les acteurs aient plus d’espace pour s’exprimer.

Cette pièce de boulevard « Dormez je le veux » de Georges Feydeau remplit à cent pour cent son rôle de divertissement de qualité, avec une troupe au taquet pour faire de ce moment de détente une pure expérience théâtrale !

Avec : Deniz ATAY, Alexan BIDOU, Laetitia BONMARTEL, Florine CELESTIN, Isabelle DEGRAEVE, Alexandre GUEDE, Arnaud KOB, Sebastien LUMBRERAS, Stephane THERON, Arnaud PATRON, Olivier BAUWENS

Tous les jours du Festival à 14h30 au Sham’s 25, rue Saint Jean Le Vieux 84000 Avignon (relâche le lundi)

A propos alissash

A lire aussi

star-wars-dark-vador-contes-chateau-T1-delcourt

Star Wars – Dark Vador Les contes du château, le premier tome

Le grand méchant de la saga Star Wars est à retrouver dans une nouvelle série, ...

2 commentaires

  1. Je ne m’étais jamais autant ennuyé au festival. Des cris, des mimiques grossières (mais quelle idée cette langue toujours sortie et gigotante chez la promise ?) des chansons en play back (!) dont les paroles ont peu à voir avec l’action(« ne me dis plus tu » alors que ces personnages se vouvoient ; le couplet du pucelage de gare au gorille…), , une scène où 2 actrices s’auto tripotent avec des mimiques sexuelles, malgré le classement tout public et un tarif spécial moins de 10 ans… Des modifications de l’histoire qui enlèvent tout sens à l’histoire : boriquet trouve sa promise moche quand elle arrive – ce qui est totalement absent de la pièce originale, et pour cause, puisque c’est plus tard qu’il la trouve moche sous l’emprise du valet. Remarquez qu’il la trouve moche mais lui propose tout de même la botte par la chanson des palétuviers. ..l’idylle entre le second valet et la soeur, qui n’existe pas dans le texte et ne débouche sur rien ici ; boriquet qui revient de la serre avec le docteur, en remontant sa braguette en regardant le public avec un regard grivois.
    A part l’acteur qui joue le valet hypnotiseur, rien à sauver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Festival Avignon Off : Rock’n Drôle au Sham’s Théâtre

Autour de la place centrale d'Avignon, la place Pie, on y trouve des brasseries, des ...

Festival Avignon Off : Un amour exemplaire de Daniel Pennac

Parmi la brillante programmation du Théâtre du Chien qui fume à Avignon pour cette édition ...

Avignon Off 2019 : Gaby, mon amour ! au Théâtre du Rempart

Que de belles découvertes j'ai pu faire en me promenant dans les petites rues d'Avignon ...

Fermer