Accueil / Culture / Musique / Concerts / Jain et Camille au Nice Music Live

Jain et Camille au Nice Music Live

A peine le Nice Jazz Festival achevé, le théâtre de verdure a laissé la place à la nouvelle édition du Nice Music Live. Lundi soir Jain puis mardi Camille ont attiré plusieurs centaines de spectateurs. 

Jain

Le public était plutôt jeune pour applaudir Jain, la jeune chanteuse auréolée de deux victoires de la musique en février dernier. C’est vêtue d’un combishort noir et de son désormais traditionnel col Claudine blanc qu’elle est apparue sur scène. Pleine d’énergie, elle danse, saute, chante, entraînant avec elle un public tout acquis à sa cause. Les titres de son album se succèdent : « heads up », « Lil Mama », « hope »… mais surtout « come » qui l’a rendue célèbre.  Les spectateurs sont survoltés, comme elle. La fin du concert approche et l’émotion surgit lorsqu’elle chante « Paris« , qu’elle a écrite peu après les attentats du Bataclan. Enfin, à la guitare, seule, elle offre au public un nouveau titre. On croit que le concert est terminé mais elle revient, plus énergique que jamais, et chante une deuxième fois « Makeba », faisant danser une dernière fois les spectateurs du théâtre de verdure lundi soir.

Camille

Le lendemain, c’était au tour de Camille de se produire sur cette même scène. Après la sortie de son nouvel album en juin, elle enchaîne les concerts et les festivals. Depuis 2013, on ne l’avait pas revue à Nice. Comme d’habitude, elle a mis en scène son concert avec le plus grand soin, tel un véritable spectacle. Entourée de ses choristes et de ses trois musiciens, elle commence avec ses nouveau titres : « sous le sable », « fontaine de lait »… puis ceux de ses albums précédents  : « allez, allez, allez », « Mars is no fun », « Home is where it hurts », « Ta douleur »… Elle livre une prestation éblouissante. Elle alterne les rythmes, les voix, les danses. Le public, d’abord assis, se lève et bat des mains. Les fans sont ravis et ceux qui la voient pour la première fois sont conquis. Le temps semble être comme suspendu quand elle fait monter sur scène quelques volontaires pour une improvisation sur « Nice ». Le concert s’achève sur un dernier titre, chanté à cappella, devant un public silencieux et ému. Une merveilleuse soirée.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos laurence ray

A lire aussi

Roule Galette, l’album incontournable, avec décalcomanies pour tissus

Roule Galette est un incontournable de la collection Père Castor et des éditions Flammarion. Un ...

Lire les articles précédents :
Les parfums Magnetic de Lacoste

Ce n’est pas la première fois que l’on vous parle des parfums Lacoste. Chaque année, ...

Entre Slam, Rap. Les fourberies de Scapin revisitées dans le OFF d’Avignon

C'est une vidéo de l'INA sur la mise en scène de Jean-Pierre Vincent, dans "Les ...

L’imagier du Père Castor -100 images et mots

Voici une toute nouvelle collection pour les éditions Flammarion,  qui débute avec deux coffrets, deux ...

Fermer