Accueil / Culture / Littérature / BD / Les porteurs d’eau, une bande dessinée remarquable

Les porteurs d’eau, une bande dessinée remarquable

Les porteurs d’eau est une bande dessinée de Fred Duval et Nicolas Sure, parue aux éditions Delcourt, fin mai 2018. Une poursuite tragi-comique, une cavale pour deux jeunes cyclistes, qui tentent de fuir la brigade des stupéfiants et la mafia russe.

les-porteurs-d-eau-delcourtC’est toujours la même chose, il est à l’Alpe d’Huez. Il a dans les quatre minutes d’avance sur le peloton des favoris. Il y a, là-bas, 21 virages de malade, un dénivelé de 1090 mètres, à 7,9% de moyenne… Il y a aussi une foule qui vient voir cette ascension. A 7 kilomètres du podium, il a encore un peu d’avance. Plus il monte et plus la foule gueule. Les claques dans le dos deviennent comme des coups de poing, mais il faut continuer d’avancer. A la sortie d’un virage, Jérôme Pignon remarque un mec chelou. Il est déguisé en vampire, avec de vraies poches de sang en collier. Lorsqu’il le passe, le vampire se jette sur lui, avant de tomber dans un précipice… C’est à ce moment-là que Jérôme se réveille. Il est au volant d’une voiture garée. A ses côtés, Florian avoue qu’il n’a jamais rêvé qu’il fait du vélo… Ils attendent une curieuse livraison.

les-porteurs-d-eau-delcourt-extraitLeur rendez-vous, pour récupérer des produits dopants, tourne mal, lorsque la douane débarque ! Les deux jeunes gens, qui font leur premier coup, fuient, avec le coffre plein de marchandise et le fric. Une cavale commence alors, ils espèrent pouvoir s’en sortir, et se débarrasser de la camelote assez rapidement. Ils aimeraient disparaître, vers un autre pays, se faire oublier. Mais ils sont jeunes, ont très peu de connaissances et vont demander de l’aide auprès d’un ancien coéquipier du père de Jérôme. S’en suit une course poursuite et des rencontres improbables, pour tenter de s’en sortir. C’est à travers une sorte de tour de France, que les deux jeunes cyclistes amateurs, vont faire une cavalcade haletante, entre souvenirs et réalité, police et mafieux. Découpée en chapitres, la bande dessinée se lit aisément. Le récit est très fluide et entraîne facilement les lecteurs dans cette course poursuite singulière, entre souvenirs douloureux, réalité difficile et passé de tricheurs et de dopages, pour récolter honneur, gloire et victoire. Le trait est fin et vif, plutôt moderne et plaisant, sans trop de fioritures, n’offrant que l’essentiel.

Les porteurs d’eau est une bande dessinée surprenante qui, à travers la cavale de deux jeunes cyclistes amateurs, dévoile le fléau du dopage dans le monde du vélo. Une poursuite entre souvenirs et réalité, brigade des stupéfiants et mafia russe…

A propos celine.durindel

A lire aussi

J’aurais mieux fait de me taire (Boomerang thérapie) de Janette Paul

Le tout nouveau label Lj des éditions J’ai Lu présente une comédie sous forme de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Des mélanges de fruits secs pour l’apéritif, avec Angèle confiserie

Les beaux jours sont là, l’été est arrivé, avec des soirées entre amis ou en ...

Amber Blake, tome 2, Opération Cleverland

Opération Cleverland est le deuxième tome de la nouvelle série Amber Blake, qui offre également ...

Championnats d’Europe de gymnastique 2018 : Les Bleues en pôle
Championnats d’Europe de gymnastique 2018 : Les Bleues en pôle

Les qualifications GAF marquaient aujourd'hui l'ouverture des 32es Championnats d'Europe de Gymnastique Artistique Féminine à ...

Fermer