Accueil / Agenda / Sète : « ImageSingulières » fêtent 10 ans de photographie documentaire

Sète : « ImageSingulières » fêtent 10 ans de photographie documentaire

ImageSingulières (Rendez-vous Sétois-photographie)

Sète, incubatrice de talents, on le savait tous…Mais, ce sont bien les agitateurs culturels de l’association « CétàVOIR » qui portent l’étendard de la photographie documentaire, jusqu’au 27 mai !

En tout, c’est une dizaine de lieux (chapelle, ancien fort, collège fermé, entrepôts pour dockers, galerie…) qui feront l’office de présentation des oeuvres des photographes. Si ces « Rendez-vous » sont dans l’esprit rayonnant de Pierre Barbot, le président de l’association Sétoise, c’est aussi avec la complicité du photographe de presse Gilles Favier. « ImageSingulières » sont aussi grâce à la volonté de Valérie Laquittant (Directrice) qui a passé beaucoup de temps à oeuvrer, pour instaurer un programme éclectique et riche en formats.

Au gré de ces rencontres, nous avons dialogué avec les membres de Médiapart, qui ce sont associés au bon déroulement des festivités. En effet, un 1er prix doté de 8 000 euros, est offert au meilleur photographe en documentaire (John Trotter pour « No agua, no vida »), c’est aussi avec la collaboration de l’ETPA, l’école de la photo et du « Game-Design » de Toulouse/Lyon. Le prix a été décerné à Valentin Russo « pendant que tu dors ».Le lien avec l’école : http://www.etpa.com/actualite/photographie/Les-prix-ETPA-ImageSingulieres-Mediapart.html

L’affiche de la 10ème édition-IS

À Sète « ImageSingulières » favorisent les échanges, points de vues entre visiteurs, participants et élèves de la photo, ces derniers ont beaucoup commenté, sur les lauréats du prix « Jeune photographe ETPA, pour les moins de 26 ans ».C’est aussi l’occasion de suivre les explications d’artistes... »Andrea & Magda » avec le travail baptisé : Horizons occupés. Leurs clichés pris dans des territoires en manque d’eau (Egypte, Israël, Palestine, Arabie…Sinaï), où les villes grignotent les espaces, entre une réalité perplexe et cruellement compliquée. Les peuples s’organisent et parfois surprennent, l’exemple de Sharm el Sheikh dans le désert du Sinaï, offrant un havre de paix ludique dans des décors hollywoodiens pour attraction touristique, détonne vis à vis des clichés pris en Palestine, dans des territoires encerclés par Israël !

Mai68 vu par « France Soir » les photographes

Pas étonnant alors du constat sur la violence urbaine, enclenché par les sociétés Françaises ou Brésiliennes, avec d’un côté, le passé de « Mai 68 » et de l’autre, les images du Portugais Joà o Pina, jeune photographe né en 1980, qui inscrit son travail dans un prisme chaotique, au coeur des gangs de Rio de Janeiro, malgré le modernisme de certains quartiers nés de la FIFA 2014 et des J.O de 2016. au fond, le visiteur lui-même forgera son opinion d’une fatalité tracée, où la politique des villes amène, son lot de violence et d’intolérance !

Si au détour d’un lieu, en attendant la navette prisonnière de la circulation du midi, j’ai fait un bout de chemin, à pied avec Marion Hislen ,(ex directrice du Festival Circulation(s)). La Déléguée à la Photographie, en poste au Ministère de la Culture, auprès de Françoise Nyssen, a l’énergie et le talent d’innover dans ce domaine de la photo, c’est aussi cela l’inattendu de ces « Rendez-vous Sétois ».

Bien sur , il ne faut pas louper les travaux du photographe Stéphane Couturier (Résident pour I.S), qui après son séjour Sétois présente un ensemble homogène d’images sur la ville. Il a juxtaposé des prises de vues, linéaires, des toits, des grues, des ensembles fermés, pour créer des photographies hybrides dont certaines sont d’une grande complexité, dans le choix des matériaux retenus. On est désarçonné par la multitude des formes, de l’architecture qui fait l’ensemble…C’est beau, parfois poétique, parfois chargé, mais toujours avec une étonnante précision dans l’assemblage !

Pour connaître le programme, le résultat des lauréats et aussi pour le parcours d’exposition, c’est indispensable d’aller voir le site http://www.imagesingulieres.com

Eric Fontaine

Sète, incubatrice de talents, on le savait tous...Mais, ce sont bien les agitateurs culturels de l'association "CétàVOIR" qui portent l'étendard de la photographie documentaire, jusqu'au 27 mai ! En tout, c'est une dizaine de lieux (chapelle, ancien fort, collège fermé, entrepôts pour dockers,…

User Rating: 4.6 ( 1 votes)
0

A propos eric Fontaine

Après des études de commerce (EDC) et de journalisme (Studio Ecole de France) j'ai commencé ma carrière comme Responsable de la Communication (FUN RADIO MONTPELLIER) et ensuite dans la publicité visuelle (Avenir Affichage) et imprimeries...Depuis 2007, je consacre une partie à la réalisation de reportages (videos, court-métrages, interviews) pour le web (Blogs, Youtube, Dailymotion) et France Net Infos !.Depuis 2014 j'ai couvert les événements cinématographiques du Cap Spartel Film Festival à Tanger (Maroc).Depuis 2010 j'effectue des modules Web sur le Festival International du Film de Marrakech (Tapis Rouge) et sur "Cinémed" le festival de Montpellier.Concepteur de clips je réalise des "snapshots" pour les auteurs compositeurs, et des captations pour le théâtre (déplacement en France et à l'étranger).

A lire aussi

Trolls de Troy, tome 23, Art brut

Art brut est le vingt-troisième tome de la série Trolls de Troy, paru aux éditions ...

Lire les articles précédents :
Festival de Cannes J6 : Le grand bain, Lazzaro felice et Une affaire de famille

Pour ce sixième jour au festival de Cannes , la compétition, nous avons retrouvé deux ...

Festival de Cannes J5 : une journée très féminine

Ce cinquième jour de la compétition a été marquée par une montée des marches exceptionnelle ...

Pas facile d’être une fille facile de Anna Premoli

Le tout nouveau label Lj des excellentes éditions J'ai Lu présentent une de leurs premières ...

Fermer