Accueil / Loisirs / Animaux / La torpeur en période de disette

La torpeur en période de disette

Muséum national d'Histoire NaturelleLa torpeur en période disette, une nouvelle réponse aux rigueurs climatiques.

Un communiqué de presse du Muséum national d’Histoire Naturelle, nous apprend ces jours ci, qu’une récente étude publiée dans la revue Oecologia apporte un nouvel éclairage sur la manière dont les animaux peuvent répondre aux changements climatiques. Une équipe de chercheurs de l’unité Mécanismes adaptatifs et évolution (Muséum national d’Histoire naturelle/CNRS) et du laboratoire Ecologie comportementale et sociobiologie du Centre allemand de primatologie (Université de Göttingen), vient d’explorer cette question à travers l’étude de la physiologie d’un petit primate des forêts sèches de Madagascar, le microcèbe murin.

Cette étude révélée par le Muséum national d’Histoire Naturelle, démontre qu’en début de saison sèche, l’usage de la torpeur (réduction contrôlée du métabolisme et de la température corporelle) s’ajuste en fonction de la disponibilité en nourriture, et non pas en fonction du climat ou de la durée du jour. Cela signifie que les animaux à températures fluctuantes peuvent compenser l’effet d’aléas environnementaux par de rapides ajustements d’économies d’énergie, ce qui pourrait alors les protéger en partie des changements climatiques.

L’étude nous apprend que pour comprendre comment les animaux peuvent répondre aux changements climatiques, il est nécessaire de comprendre comment ces derniers ajustent leurs changements d’état saisonnier aux aléas climatiques. S’ils régulent mal ces transitions, cela peut alors engendrer leur disparition en touchant leur survie mais aussi la reproduction.

Le microcèbe murin étudié ici par les chercheurs, utilise régulièrement la torpeur au cours de l’hiver austral afin d’économiser son eau et sa nourriture et ainsi, maximiser ses chances de survie à cette saison, sèche et froide. C’est lorsque la saison doit arriver ou lorsque la saison sèche a réellement débuté que les microcèbes doivent commencer à utiliser la torpeur.

L’enjeu expérimental était donc d’arriver à désynchroniser la saison sèche « climatique’ (fin des pluies, jours courts) de la saison sèche « biologique » (faible quantité de la nourriture et d’eau), pour révéler laquelle de ces deux conditions gouverne l’usage de la torpeur. L’expérience fut menée avec des microcèbes sauvages, équipés d’enregistreurs thermiques miniaturisés, répartis sur deux parcelles forestières disctinctes : la première, conservée dans son état naturel, la seconde équipée de mangeoires distribuant plus de nourriture que nécessaire.

Le résultat fût sans appel, les individus ayant accès à la supplémentation alimentaire repoussèrent leur usage de la torpeur de 1 à 2 mois, alors que les individus contrôlés utilisèrent régulièrement la torpeur dès le début de l’expérience, concomitante de l’entrée dans la saison sèche.

Cette étude démontre pour la première fois en conditions naturelles, chez un animal hétérotherme (capable d’entrer en hypothermie contrôlée), que le démarrage de la torpeur s’ajuste aux contraintes énergétiques perçues, et non en anticipation de la rigueur hivernale à venir.

L’étude nous apprend qu’il reste cependant une incompréhension à lever : Pourquoi les microcèbes alimentés artificiellement se sont mis à utiliser la torpeur alors qu’ils continuaient à être nourris. Cela démontre que la flexibilité de l’usage de la torpeur est temporaire, restreinte à la période de transition entre la saison humide et la saison sèche, pendant laquelle les fluctuations sont peu prévisibles. Une fois au cœur de la saison sèche, l’usage de la torpeur deviendrait systématique, indépendamment de la disponibilité en nourriture.

 

 

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos guillaume joubert

Après avoir été rédacteur sur divers sites musicaux comme Rocknfrance, Zikannuaire, Punksociety, Zik'nblog, et animateur d'une émission de radio diffusée sur 12 radios, dont 7 FM, en France, en Belgique et en Suisse, j'ai décidé de reprendre l'écriture sur FranceNetInfos. C'est un plaisir de participer à la diffusion d'informations régionales et nationales, sur des sujets qui me tiennent à coeur comme, entres autres, la culture, le cyclisme et l'environnement.

A lire aussi

Une tyrolienne pour sauter de la Tour Eiffel du 5 au 11 juin 2017

Une tyrolienne sur la Tour Eiffel ! Le pari complètement fouuuu de Perrier ! Ce ...

Lire les articles précédents :
Caravan Palace : « Comics », le 1er extrait du nouvel album

Le groupe Caravan Palace est de retour avec « Comics », 1er extrait de leur 3ème album ...

AROMAPIC : Stop aux moustiques

Pendant l’été, nous faisons la rencontre de toutes sortes d’insectes très sympathiques. On ne leur ...

Formes Biographiques au Carré d’Art-Nîmes

Depuis le 29 mai le musée d'Art Contemporain de Nîmes présente 29 artistes pour une ...

Fermer