Accueil / Culture / Cinéma / Interview Daniel Auteuil pour la fille du Puisatier

Interview Daniel Auteuil pour la fille du Puisatier

Daniel Auteuil était présent au célèbre hôtel du Régent, mardi dernier à Bordeaux pour présenter son premier film en tant que réalisateur, La fille du Puisatier. Cette adaptation réussie du roman de Marcel Pagnol, amène avec ces beaux paysages provençaux une soudaine envie des vacances. Un film traite du sujet de l’honneur familial quand une jeune fille, chérie de son père, tombe enceinte d’un jeune aviateur parti au front. Tout en pudeur et émotions, le film tire sa force dans l’interprétation remarquable de Daniel Auteuil et d’un second rôle étonnant de justesse, Émilie Cazenave.

 

Accueilli part le directeur des cinémas Gaumont et UGC de Bordeaux, Daniel Auteuil et sa jeune actrice, Astrid Bergès-Frisbey se sont prêtés aux jeux des questions-réponses des journalistes.

 

Pourquoi êtes vous passé à la réalisation et pourquoi avec ce film ci ?

Pour plusieurs raisons. D’abord parce que la famille Pagnot m’a fait comprendre qu’aujourd’hui j’avais l’âge pour jouer ce rôle du Puisatier. Ensuite parce que c’est un rôle qui me séduisait et me bouleversait. Et puis, ce film fait écho à d’où je viens, ce que je suis mais il fait aussi écho à notre société. Aujourd’hui Beaucoup de femme-mère se font avorter et on voit de plus en plus de centres d’accueils s’ouvrir pour ces jeunes mamans. C’est donc le sujet qui m’a intéressé, et quand il a fallu chercher un metteur en scène, je me suis immédiatement proposé.

Comment avez-vous abordé votre nouveau rôle de réalisateur avec les acteurs?

Comme acteur, je n’aime pas qu’on me parle, qu’on me dise ce que je dois faire, mais je sais que certains acteurs attendent d’être entièrement dirigé. J’ai donc agit différemment avec tous les acteurs du film. Kad Mérad par exemple, j’ai de suite compris qu’il ne fallait pas le diriger mais le laisser chercher lui-même comment jouer son personnage. Ce qui m’a beaucoup aidé, c’est de jouer avec eux. Le métier de réalisateur est un métier ou il faut avoir un regard sur les choses. J’ai pris un plaisir immense à pouvoir filmer, fabriquer des images, raconter une histoire. C’est le début de quelque chose d’autre.

Avez-vous ressenti pendant le tournage, l’influence de certains metteurs en scène avec lesquels vous avez travaillé ?

Au fond, je n’ai pas eu d’influence de mise en scène parce que, avec eux, j’étais avant tout acteur mais sur le plan amical, j’ai pensé bien sûr pendant le tournage à Claude Sautet, à Claude Berri, à Francis Girod.

 

Daniel Auteuil va-t-on vous voir à nouveau derrière la caméra ?

Oui. Encore du provençal, encore du Pagnol. Je travaille sur l’adaptation cinématographique de la trilogie, Marius, César et Fanny.

 

 

Astrid Bergès-Frisbey, comment s’est passé le tournage pour vous avec Daniel Auteuil ?

Çà a été un cadeau de travailler avec Daniel. Il est avant tout comédien, je pense qu’il nous a dirigés comme lui aurait aimé être dirigé. Il a porté tous ses comédiens comme une troupe de théâtre. Il était aussi là pour nous recadrer mais quand il donne sa confiance, il la donne jusqu’au bout.

Qu’est ce qui vous a séduit dans le personnage de Patricia, la fille du Puisatier ?

Sa fidélité à son père et sa force. A la fois, elle accepte la décision de son père de devoir quitter la maison familiale et elle pose, à la fin, ses conditions à un mariage dont elle veut être sûre qu’il se fait pour de bonnes raisons et non pas pour sauver les apparences, ce dont elle se fiche. J’aime cette intégrité là. En plus c’est quelqu’un qui est capable de pardonner même si on lui fait du mal. J’aime sa manière de faire face, j’aime qu’on la voie devenir femme au fil de l’histoire.

 

M.S

Lire aussi l’interview de Astrid Berges-Fribes dans la sirène de Pirates des Caraïbes 4

A propos Agence

A lire aussi

7ème édition de Saint Jazz Cap Ferrat du 8 au 11 Août

Du 8 au 11 Août aura lieu la septième édition de Saint Jazz Cap Ferrat ...

Un commentaire

  1. cet article est très agréable à lire !

Lire les articles précédents :
Le Prix Henri SalvadOr Saint Gervais décerné

Le Prix Henri SalvadOr Saint Gervais décerné lors du 27ème Festival Mont blanc d'Humour de St Gervais, le week-end dernier,...

Randonnée pédestre gourmande dans le vignoble de champagne

Pour la cinquième année consécutive, les vignerons de Celles sur Ource, et la Confrérie Saint Vincent organisent une randonnée pédestre...

BeeWi et l’iPad : une histoire d’amour

A l'occasion de l'annonce de la sortie de l'ipad 2 , Beewi vous dévoile sa nouvelle gamme d'accessoires.

Fermer