Jusqu’au 22 janvier au théâtre Anthéa d’Antibes, Le Comte de Monte-Cristo

Jusqu’au 22 janvier, le Collectif 8 présente au théâtre Anthéa d’Antibes, sa nouvelle création, Le Comte de Monte-Cristo. Adapter le chef d’oeuvre d’Alexandre Dumas était un pari risqué que Gaële Boghossian a relevé avec brio. Dans sa mise en scène, il n’y a que deux personnages, enfermés dans le bagne du château d’If : Edmond Dantès, jeune officier promis à un bel avenir et victime d’une dénonciation calomnieuse, et l’Abbé Faria. Grâce à leurs échanges, Edmond Dantès va peu à peu comprendre qui a ourdi un complot contre lui et va élaborer minutieusement sa vengeance.

Une mise en scène impressionnante qui mêle théâtre et vidéo

Avec Le Comte de Monte-Cristo, le Collectif 8 poursuit sa démarche artistique, en associant le théâtre et la vidéo. Les cellules où sont enfermés Edmond Dantès (Paulo Correia) et l’Abbé Faria (Damien Rémy) prennent l’allure d’un grand cube qui tourne sur lui-même dans un impressionnant dispositif. Sur chacun des murs ont été écrits des lignes, des dessins, des calculs géométriques, rappelant l’enfermement et le repli sur soi que connaît chaque prisonnier. Dans le roman d’Alexandre Dumas, l’Abbé Faria confie son secret à Edmond Dantès et lui permet, après son évasion, de s’emparer d’un trésor et de prendre l’identité du Comte de Monte-Cristo. Gaële Boghossian a fait le choix de donner à ce personnage une fonction toute particulière : c’est grâce à lui qu’Edmond Dantès va comprendre quels sont ceux qui ont causé sa perte, alors qu’il était sur le point de se marier. En homme de confiance, tel un confesseur, ou un « accoucheur », il va l’écouter raconter son histoire. C’est là qu’intervient la vidéo. Comme lors des spectacles précédents du Collectif 8, elle est loin d’être un simple ornement. Pendant qu’Edmond Dantès évoque les hommes qui l’ont trahi, les personnages en images 3D se succèdent sur les murs de la prison. Plus le complot dont Dantès a été victime devient clair, plus le débit de Paulo Correia semble s’accélérer. Le comédien, également concepteur de la vidéo, fait d’Edmond Dantès devenu le Comte de Monte-Cristo, un homme déterminé et assoiffé de vengeance. C’est au présent qu’il raconte comment il se venge du cousin de sa fiancée, secrètement amoureux d’elle, de Danglars, le comptable du bateau qui brigue le poste de capitaine promis à Dantès, et de De Villefort, le substitut du procureur qui l’envoie au château d’If : trois hommes corrompus, cupides et ambitieux, prêts à tout pour atteindre le pouvoir.

Dès lors, les spectateurs que nous sommes en viennent à s’interroger : Edmond Dantès s’est-il enfui et est-il parvenu à se venger comme il le raconte ? Ou exprime-t-il à l’abbé Faria ses plans pour nuire à ces hommes qui l’ont trahi? A moins que, concentré sur son désir de vengeance, il ne soit victime d’hallucinations, enfermé dans sa cellule exiguë ? C’est cet angle que semble avoir choisi Gaële Boghossian, d’autant plus que l’idée d’adapter Le Comte de Monte-Cristo lui est venue pendant le confinement. Elle entraîne le spectateur dans le tourbillon de la vengeance dans lequel s’est engouffré Dantès. On ne s’ennuie pas une seule seconde devant cette mise en scène enlevée et, lorsqu’à la fin, on retrouve Dantès, dans la même position qu’au début de la pièce, seul dans sa cellule, savoir si sa vengeance a bien eu lieu ou si tout a été le fruit de son imagination n’a pas grande importance.

A propos laurence ray

A lire aussi

le-poussin-arc-en-ciel-langue-au-chat

Le poussin Arc-en-ciel

Le poussin Arc-en-ciel est une histoire tendre et amusante, d’Erine Savannah et Lucile Ahrweiller, parue …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com