L’Exploration de la biodiversité n’est pas terminée

sans-titreL’exploration de la biodiversité n’est pas terminée, c’est ce que nous apprend Le Muséum National d’Histoire Naturelle. Les naturalistes ont à ce jour inventorié, décrit et nommé deux millions d’espèces de plantes, insectes, champignons, vertébrés, mais le rythme de découvertes d’espèces inconnues ne faiblit pas.

De nouvelles espèces sont découvertes chaque année, à l’exemple du scorpion Grosphus Magalieae découvert en 2010 dans le Grand sud malgache lors de l’expédition Atimo Vatae du programme “La Planète Revisitée”. Le grand spécialiste des scorpions, Wilson Lourenço a choisi de dédier cette espèce à Magalie Castelin, qui a collecté le scorpion.

C’est aussi à Madagascar qu’ont été découvertes deux nouvelles espèces d’orchidées qui avaient été collectées dans la nature dès 1941. Conservées dans l’Herbier du Muséum, elles n’ont été découvertes que 60 ans plus tard par Jean-Michel Hervouet et alors que les milieux naturels disparaissent à Madagascar, il est intéressant de constater que la Société Française d’Orchidophilie a retrouvée en 2009 ces deux plantes là où elles avaient été collectées en 1941, par Pierre Boiteau.

Le Parc National de la Guadeloupe, le Muséum et l’Université des Antilles et de la Guyane ont mené ensemble en mai 2012, un grand inventaire des invertébrés marins (crustacés, mollusques, échinodermes) et des algues. Avec trente-cinq participants, des centaines de plongées, une chaîne de tri, les résultats de l’expédition ont été plus que positifs avec la découverte de plusieurs dizaines d’espèces inconnues. Parmi elles, neuf espèces de coquillages de la famille des Muricidae, une famille que l’on croyait pourtant bien connue des Antilles. A noter que l’une des espèces a été baptisée Pygmaepterys Karukerensis, de Karukera, le nom amérindien de la Guadeloupe.

D’autres découvertes étonnantes sont à relever du côté des insectes avec de nouveaux phasmes géants, dont l’un est la deuxième plus grande espèce d’insecte connue à ce jour. Originaire du Vietnam il mesure près de 54 centimètres lorsque ses pattes sont dépliés. On peut en voir au vivarium de L’institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique. C’est aussi en France sur le site paléontologique de la Voulte-sur-Rhône où l’on trouve un gisement à conservation exceptionnelle âgé de 160 millions d’années, que l’on a découvert des fossiles extraordinaires de calmars, de crabes, de crinoïdes.

 

A propos Guillaume Joubert

A lire aussi

Le Rouge et le Brun de Maurice Attia aux Ed. Jigal Polar

Les excellentes éditions Jigal Polar présentent un roman noir mais aussi historique : Le Rouge …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Lire les articles précédents :
La cuisine faite maison de Gordon Ramsay.

La cuisine faite maison de Gordon Ramsay est un ouvrage culinaire du célèbre chef britannique aux …

Miss Peregrine et les enfants particuliers, en bande dessinée.

Le roman de Ransom Riggs, Miss Peregrine et les enfants particuliers, a été adapté en bande dessinée, …

Pat Kebra : Un nouvel album en février

Pat Kebra membre fondateur d'Oberkampf, groupe légendaire de la scène punk française, revient sur le devant …

Fermer