Accueil / Culture / Cinéma / MÖBIUS : le retour à l’espionnage d’Eric Rochant

MÖBIUS : le retour à l’espionnage d’Eric Rochant

Presque 20 ans après LES PATRIOTES, le cinéaste Eric Rochant renoue avec MÖBIUS avec le genre du cinéma d’espionnage et signe son retour au long métrage (six ans depuis son dernier film) après un détour par la série télévisée pour les saisons 2 et 3 de MAFIOSA. MÖBIUS Jean DujardinPourtant, si on se fie à ses propos, c’est moins les retrouvailles avec le genre qui le motivait que l’histoire d’amour qui allait constituer le cœur de son intrigue. De ce fait si le film d’espionnage a refait récemment son apparition dans le paysage du cinéma français (AGENTS SECRETS, SECRET DEFENSE…), c’est sans doute du film de Nicolas Saada ESPIONS (sorti en 2009) que se rapproche le plus ce MÖBIUS, tout particulièrement dans les références cinématographiques qui les traversent avec pour modèle revendiqué LES ENCHAINES d’Alfred Hitchcock. De fait, l’intrigue à base de manipulations et d’opérations financières (pour l’inscription dans le contemporain) scelle la rencontre entre deux solitudes (l’espion désabusé joué par Dujardin et la tradeuse froide alias Cécile de France) et le suspense du film porte moins sur les opérations menées par les espions que sur la menace qui pèse sur la passion amoureuse qui va naître entre les deux protagonistes.

Il y a quelque chose d’assez beau dans la sincérité avec laquelle Rochant aborde le genre et ses codes et aussi dans sa croyance dans la dimension romanesque qui le traverse, et qui fuit heureusement tout psychologisme à l’heure ou pourtant même un espion comme James Bond se retrouve à devoir passer sur le divan du psy. L’attention portée aux scènes de rencontres amoureuses, aux moments d’intimité exprime parfaitement l’essence du projet de Rochant et la simplicité, l’absence de cynisme avec laquelle il intègre cette sentimentalité à son récit demeure sans doute l’aspect le plus émouvant et le plus attachant de son film. A la fois scénariste et metteur en scène et donc auteur complet, il réussit par ce biais à mettre un peu de chair dans ce qui n’aurait pu qu’une grosse machine désincarnée, véhiculée par deux comédiens vedettes.

SIL5380Néanmoins, MÖBIUS est un film efficace et prenant mais pas totalement abouti ni dénué de défauts. Les seconds rôles peuvent paraître assez faibles (Tim Roth n’a rien de bien passionnant à jouer, Emilie Dequenne est curieusement fade) et une fois le climax du film passé et les imbroglios du scénario dénoués, le film se clôt lentement dans un dernier acte un peu longuet, comme s’il peinait à reprendre son souffle. C’est un peu dommage de ressortir de la salle avec l’impression d’avoir vu un film un peu sage là où on aurait aimé qu’un film aussi ambitieux nous transporte et nous bouleverse autant que les grands classiques qu’il nous évoque.

MÖBIUS – Réalisé par Eric Rochant – Avec Jean Dujardin, Cécile de France, Tim Roth et Emilie Dequenne – Sortie le 27 février 2013

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

youpi-music-hall-croisille

YOUPI C’est reparti ! Music-Hall à la Nouvelle Ève – Paris

Youpi C’est reparti ! Un tout nouveau cabaret « YOUPI » ! Le plus déglingo des ...

Lire les articles précédents :
Brest Vladivostok en autocar : le nouveau défi de Salaün Holidays

Salaün Holidays publie une brochure spéciale à l'occasion du lancement du voyage du siècle « ...

Festival international du film des droits de l’homme 2013

Du 5 au 12 février 2013, le Festival International du Film des Droits de l’Homme ...

Première cérémonie des P’tits Molières le 25 novembre 2013

Les salles de théâtre de moins de cent places ont désormais leur cérémonie dénommée les P'tits ...

Fermer