Accueil / High-Tech / Une semaine avec le Skullcandy Crusher

Une semaine avec le Skullcandy Crusher

On le sait dans l’univers hétéroclite des casques audio, il y a de tout, du bon, du mauvais, du carrément indispensable et ce qu’on aurait jamais dû acheter. Il fut un temps ou des prix supérieurs à 100 euros étaient un gage de satisfaction mais on sait que ce n’est plus le cas.
Mais alors que vaut vraiment ce Skullcandy Crusher vendu à moins de 100 euros ? Ici, on ne va pas vous assommer de chiffres d’impédance, hertz ou autres, mais vous donner vraiment le ressenti sur une semaine de test, comme tout acheteur Lambda.

Jour 1 : Déballage et premières impressions

20140422_112046
La boite une fois en main il y a pas à dire ça en jette au niveau du packaging. Comment le décrire ?  A la fois sobre mais annonçant la couleur Skullcandy, les têtes de mort sont bien là. Pour ceux d’entre vous qui auraient vécu dans une grotte ces dernières années, les casques Skullcandy sont assez réputés dans le milieu Geek pour leur coté esthétique mais aussi pour leur qualité sonore. Un avertissement humoristique sur la boite nous prévient : Attention, des Basses que vous pouvez RESSENTIR.

20140422_114910
A l’intérieur, le casque, un câble jack pour le brancher sur un appareil audio, et une pile ainsi qu’un mode d’emploi dans un écrin. Tout ça donne bien l’impression d’un appareil haut de gamme, on est loin des packagings à la va vite que certains constructeurs se permettent sous prétexte que c’est « de l’entrée de gamme ». Un rapide coup d’œil sur le mode d’emploi, ce que j’avais au début pris pour un bouton de réglage de volume est en fait un réglage du niveau de Basses. Il n’y a donc pas de réglage de volume directement au casque, cela ne me dérangera pas plus que ça : j’utilise essentiellement le casque sur mon ordinateur qui a un réglage de volume accessible au clavier et sur ma phablette sur laquelle j’ai headset button controler qui me permet de régler le son directement avec le bouton de décrochage d’appel du casque. Ça tombe bien, le Crusher a un micro et un bouton de décrochage sur son fil. Mais je rentre du travail et il est déjà tard, on testera le casque en live demain, sur le trajet au boulot.

20140422_115236

Jour 2 :

6h30 du matin, il est temps de partir au boulot. Oups demi-tour j’ai pris machinalement mon ancien casque audio. Je branche le Skullcandy Crusher et me voilà reparti. Alors attention, la première fois ça surprend, quand ils parlent de Basses que l’on peut ressentir, ça ne rigole pas. Avec le réglage à fond j’ai l’impression d’avoir l’oreille collée au woofer de mon home cinéma. Mais ce n’est pas désagréable, non seulement on s’y habitue très rapidement mais on y prend tout aussi vite gout. Le son est clair, les basses forcement sont bien rendues ce qui est plutôt un énorme bon point, c’est souvent la faiblesse des basses que je reproche aux casques audio portables et le Skullcandy Crusher sort carrément du lot à ce niveau-là. Une bonne surprise donc à ce niveau-là et le bouton filaire est très bien reconnu par Headset Button Controller sur ma phablette ce qui me permet de controler complètement mon lecteur audio sans avoir besoin de sortir le phablette de ma poche intérieure (Arrêt/Redémarrage de la musique, passage au morceau suivant, réglage du volume, et passage sur S Voice, à ce sujet le micro doit etre de bonne qualité car malgré le bruit des transports mes commandes pour envoyer des tweets et répondre aux sms sont bien reconnues)

20140422_115407

Jour 3 :

Il pleut sniff, le temps n’est pas hyper clément dernièrement mais j’ai le Skullcandy pour me tenir compagnie pendant les transports,  2 jours d’utilisation intensive et je suis toujours aussi surpris par la qualité du son. De plus sa structure principalement en plastique ne me fait pas trop craindre l’effet des intempéries sur le revêtement du casque. Je continue à utiliser et à apprécier pleinement le système de basses actif qui est vraiment une tuerie. Franchement sentir le casque vibrer au rythme des boum boum de la musique est vraiment hyper immersif.

Jour 4 :

Ce n’est pas vraiment censé arriver, mais un appel professionnel arrive alors que je suis dans les transports, enfin je suis en transit entre deux bus et y a de la circulation. J’hésite souvent à laisser le casque branché dans ces cas là parce que le souffle de la circulation rend souvent ma discussion incompréhensible pour mon interlocuteur et je dois toujours pour finir couper le casque pour parler. L’occasion fait le larron je décroche avec le casque et là, pas de soucis , je ne suis pas obligé de me répéter deux fois, mon interlocuteur ne fait pas mention de la circulation. Mon téléphone est équipé d’un logiciel qui enregistre les 10 derniers appels, très utile pour mes interview au téléphone, je m’empresse donc une fois la discussion terminée de réécouter la conversation. Effectivement ma voix est bien claire, limpide et n’est pas perturbée par les sons extérieurs. Encore un bon point.

Jour 5 :

Je me lance dans une soirée Geek Attitude, au programme, un petit blu ray sympathique sur mon ordinateur. Là encore, la seule fois où j’ai ressenti une telle immersion avec un casque audio c’était avec un casque qui coutait presque 2 fois le prix de ce Skullcandy Crusher. Et que dire de la fonction de Basses Active ? Un bon vieux Blockbuster comme Avengers prend une toute autre profondeur, notamment lors des scènes de combat. Sentir les vibrations à chaque coup de poing de Hulk ou à chaque fois que Iron Man utilise ses repulseurs est vraiement une expérience que vous devriez absolument essayer.

Jour 6 :

Week end oblige, c’est parti pour une bonne séance de game. En ce moment je fais pas mal de DC Universe Online. Non seulement je profite de l’excellente qualité de son du casque qui est tout aussi immersif en Jeu que pendant le film d’hier, le micro inclus permet de aussi de discuter (moyennant bien entendu un doubleur jack ou une carte son capable d’accepter Micro et Casque sur le meme Jack). D’ailleurs mes amis sur teamspeak m’ont demandé si j’avais changé de casque parce qu’on m’entendait nettement mieux !

Jour 7 :

Il est temps à regret de remettre le SkullCandy Crusher dans son écrin. Les adieux sont déchirants, je lui ai promis de m’envoyer une carte postale lorsqu’il sera retourné au pays de SkullCandy (ou comme dans tous les pays, on s’amuse on pleure on rit…)
Blague à part j’ai rarement renvoyé un objet de test tant à regret, tellement on adopte rapidement  ce casque. Il fait d’ailleurs d’ores et déjà partie de ma Wish List pour mon anniversaire.
20140422_115013
Alors en conclusion si vous voulez un casque actif, d’excellente facture, avec un système de Basses Actif des plus innovants, une qualité d’écoute bluffante et un micro qui n’est pas juste un gadget mais un véritable micro, et si vous ne voulez pas vendre un rein, ce SkullCandy Crusher a tout d’un grand et il vous satisfera a tout points de vue.

A propos Agence

A lire aussi

the-wild-immersion-realité-virtuelle-VR

The Wild Immersion – La Réalité Virtuelle au coeur de la faune sauvage

The Wild Immersion (Immersion Sauvage) Une expérience de réalité virtuelle qui vous téléporte au plus ...

Lire les articles précédents :
Spy games, tome 1, Dissidents, aux éditions Glénat.

Voici la nouvelle bande dessinée de Jean-David Morvan, accompagné, au dessin, par un nouvel arrivant, ...

Turquoise et fuchsia, les nouvelles couleurs chez Coloria.

En effet depuis quelques temps le turquoise et le fuchsia sont venus compléter la gamme ...

Prêt à tartiner !, pour des pâtes à tartiner maison…

Paru début avril 2014, aux éditions Hachette, le livre Prêt à tartiner !, de la collection ...

Fermer