Accueil / Culture / Littérature / BD / Only Skin ou la lente apocalypse de Sean Ford

Only Skin ou la lente apocalypse de Sean Ford

only_skin_couverture sean ford rackhamC’est à la découverte d’un nouveau venu de la bande dessinée nord-américaine que nous invitent les éditions Rackham avec la publication de ONLY SKIN, épais volume qui recueille les épisodes d’un récit au long cours publié aux USA en auto-édition puis par Secret Acres au bout de cinq années de travail. Des les premières pages, Sean Ford met en place le décor qui va servir de cadre à son récit, celui d’une Amérique profonde à priori calme et silencieuse. De manière très cinématographique, l’apparition du titre coïncide avec l’irruption d’un bruit énigmatique (provenant du hors champ) qui va troubler et faire fuir ce cerf qui semblait en page précédente s’ébattre en paix dans la tranquillité de ce paysage harmonieux. C’est la contamination progressive du cadre par la menace annoncée par ce bruit non identifié (FROUT FROUT !) que va raconter Sean Ford et dont le retour épisodique dans le récit de ce cerf affolé, apeuré sera l’un des signes les plus étonnants.

Cassie, une jeune fille et son petit frère Clay retournent dans leur ville natale, une petite bourgade qui semble paumée au milieu de nulle part. Ils sont là pour reprendre la station service qui appartenait à leur père qui a mystérieusement disparu quelques semaines plus tôt sans laisser de traces. On comprend très vite que cette disparition irrésolue n’est pas le seul évènement étrange qui est venu secouer la tranquillité de la petite ville ces derniers temps. C’est très nettement en pensant à TWIN PEAKS qu’on se laisse entraîner dans cette intrigue mystérieuse qui assume pleinement sa dimension de récit de genre : il y a un là pur plaisir feuilletonesque du suspense, de l’attente et du rebondissement qui est très habilement maîtrisé par l’auteur et qui nous happe vite et sans réserve. C’est l’une des qualités les plus évidentes et immédiates du livre. Sean Ford s’inscrit par ailleurs dans la lignée d’une certaine bande dessinée américaine, avec ce sens du récit épatant, ce storytelling si fluide qui semble être l’apanage du graphic novel contemporain.

On peut d’ailleurs penser à Gilbert Hernandez, tant pour le talent narratif que pour le goût pour les récits réalistes perturbés par l’irruption du fantastique et du cauchemardesque mais aussi pour revenir vers la jeune garde de la BD US à quelqu’un comme Nate Powell, à la fois graphiquement et thématiquement, dans la manière dont les trouées étranges et surréelles du récit sont les révélateurs des états d’âme des personnages. Il est d’ailleurs passionnant de voir que Sean Ford tente de ne jamais verser dans l’explication ou le psychologisme vis à vis de ces personnages, c’est par la perturbation de la linéarité du récit (flash-back ou rêves) ou par des percées du fantastique que leur intériorité se révèle. Et là encore, Sean Ford sait nous dérouter et nous étonner en jouant sur la cohabitation d’une horreur parfois macabre (des doigts coupés retrouvés sur les lieux d’un crime) et d’une vision presque naïve de la hantise à travers cette figure de fantôme qui semble tout droit sortie d’un livre pour enfant et qui pourtant va s’avérer bien plus inquiétante qu’il n’y parait.

On pourra trouver que Sean Ford semble encore faire ses gammes graphiquement, que l’emballement narratif des dernières pages où le rythme devient plus frénétique et où tous se boucle un peu vite, peut paraître frustrant, il semble que Sean Ford en ait sans doute encore largement sous le coude, mais le plaisir de lecture est réel et cet ouvrage donne clairement de le suivre.

ONLY SKIN : NOUVEAUX CONTES DE LA LENTE APOCALYPSE – Editions Rackham – Traduction par Renaud Cerqueux – Disponible le 15 mars 2013

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Jim Hawkins, le deuxième tome, Sombres héros de la mer

Sombres héros de la mer est le deuxième tome de Jim Hawkins, une bande dessinée ...

Lire les articles précédents :
Média-Massive et Hey-Dude, un collectif hyper-créatif

Quand deux associations de musiciens, Media-Massive et Hey-Dude, décident de s'unir, ça donne l'Alliance, bien ...

Prix Romy Schneider et Patrick Dewaere, les lauréats 2013

Les prix des espoirs du cinéma français ont été décernés ce lundi à Hôtel Park Hyatt ...

Amandine Bourgeois dévoile la chanson pour le concours de l’Eurovision 2013

Après un premier album certifié Disque d’Or et un second opus, réalisé à Londres par ...

Fermer