Vampire, La mascarade Livre I – Urban Comics

Cecily Bain n’a que trop passée de temps seule en étant différente sur cette Terre ingrate. Aussi, lorsqu’elle découvre devant elle une brebis égarée de sa caste, elle a tôt fait de « l’adopter ».  Ce premier livre de Vampire, La mascarade publié aux Éditions Urban Comics, signe l’adaptation du fameux jeu de rôle du même nom.

30, n’est il pas un bon chiffre pour commencer à fêter l’anniversaire d’une conspiration vampirique en plein Minnéapolis ?!!!

Livre 1: La morsure de l’hiver, disponible dans la collection Urban Game depuis le 8 Octobre 21.

vampire-la-mascarade-tome-1
Vampire, La Mascarade – Livre I : La morsure de l’hiver © Urban Comics / Urban Games
  • Le décor :

Une forêt près d’un chemin de fer … La proie déjà ensanglantée court à perdre le souffle pour échapper à la mort. Rassemblant ses dernières forces, elle s’élance au-dessus du grillage la séparant de la voie ferrée et s’écroule …

Minnéapolis, la nuit …

Cecily Bain fait ce qu’elle sait faire de mieux : c’est une Brujah ! Une de ces créatures qui règlent les comptes du Prince de Minnéapolis : loyauté, chiffre, comptabilité, discrétion … des mots que le couple qu’elle malmène n’a apparemment pas bien saisi ! 

Aussi, après avoir réglé le problème, pour que le secret de la mascarade puisse perdurer, elle rend visite à un de son employeur du jour, Calder, comme si rien ne s’était passé. Ensemble, ils évoquent le passé, le présent. Les villes jumelles, Minnéapolis et Saint Paul, berceau de différentes lignées. Les guerres civiles ayant pris fin, après l’avènement du Prince Samantha, maintenant à présent l’ordre. 

Calder ne comprend pas pourquoi Bain tient tant à sa « liberté » et refuse les grâces du Prince pour lequel elle travaille. Pourquoi elle se refuse le droit « d’engendrer »

Pourtant, c’est ce jour-là, après avoir rendu visite à sa sœur malade, qu’en passant près de la voie ferrée, elle va trouver une brebis égarée. Une brebis de son sang, à peine « créée » par un inconnu, qu’elle va prendre sous son aile, et faire passer pour son « enfant » …

Vampire-mascarade-planche
Vampire, La Mascarade – Livre I : La morsure de l’hiver © Urban Comics / Urban Games
  • Le point sur le comics :

Un tel « monument » de rôliste méritait bien un trio de scénariste pour réfléchir à l’adaptation du jeu. Tim Seeley, Tini Howard et Blake Howard se collent à la trame bavarde, et au déroulement du récit pour nous servir une adaptation au poil. On découvre la genèse des principaux protagonistes en prallèle de l’explication du lignage hiérarchisé de la caste vampirique exploitée. Puis, doucement, ils emmènent l’histoire de la conspiration où sont plongés les personnages, en même temps, que les paradoxes affectifs de leur vie mort. 

Entre enquête, découverte et exploration du monde des « ténèbres », ce premier livre de Vampire la mascarade aux Éditions Urban Comics prend forme, avec une ambiance puissante, sombre, évidemment, grâce aux illustrations et à la colorisation de Devmalya Pramanik, Nathan Gooden et Addison Duke. On reste sur un chara design comics like sur la majorité des pages. Tandis qu’Aaron Campbell illustre les couvertures et pages de chapitres de manière très réalistes et extrêmement dérangeantes.

Vampire-mascarade-planches
Vampire, La Mascarade – Livre I : La morsure de l’hiver © Urban Comics / Urban Games
  • La conclusion :

Le développement identitaire des personnages est particulièrement bien axé. Il contribue à l’« envoûtement » du lecteur au fil de l’histoire proposée. Un premier livre de Vampire, la mascarade aux Éditions Urban Comics, particulièrement réussi, loin d’être « glauque » ou trop ensanglanté. Les auteurs mettent l’accent sur le combat interne permanent des personnages contre le mal. Et sur l’affectivité du personnage principal qui se bat contre sa perte d’humanité s’étiolant au fil des années. La morsure de l’hiver ouvre les hostilités​ ​d’une conspiration s’étalant sur plusieurs siècles dont nous resterons les témoins dans nos bibliothèques !!!

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

Hommage à Yves Montand à la Cinémathèque de Nice : rencontre avec Carole Amiel

La cinémathèque de Nice vient de rendre hommage à Yves Montand, qui aurait fêté ses …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com