Accueil / Actu du web / Syrie : Pourquoi alimenter la confusion ?

Syrie : Pourquoi alimenter la confusion ?

SyrieLe conflit syrien a engagé un bon nombre de pays dans une bataille où l’issue est incertaine. Après le Printemps Arabe, dont les manifestations étaient présentées comme étant en faveur de la démocratie, divers mouvements, désignés comme rebelles, sont nés en Syrie pour renverser Bachar El Assad. Mais mouvement rebelle ne signifie pas spécialement mouvement démocratique, de même que rebelle est un terme inapproprié quand on sait que de nombreux mouvements appelés rebelles, sont en réalité des mouvements terroristes. Rappelons que par définition, un rebelle est un révolté, une personne qui refuse de se soumettre au pouvoir, et un rebelle ne se soumet pas à une quelconque idéologie, qu’elle soit politique ou religieuse.

De nombreux mouvements terroristes se sont donc implantés en Syrie depuis le Printemps Arabe (débuté en décembre 2010), et aujourd’hui la confusion est de mise entre tous ces mouvements, qui apportent leur édifice au chaos, parce que nous allons le voir, les termes et les définitions sont importantes pour comprendre, que nos politiques et nos médias favorisent encore plus cette confusion.

Pour les russes, il faut faire en sorte que Bachar El Assad reste au pouvoir pour combattre au mieux les terroristes, au côté de l’armée syrienne. Pour les autres, américains et français, il faut que Bachar El Assad soit déchu du pouvoir. Pour François Hollande, Bachar El Assad est même à l’origine du chaos, alors que ce n’est pas lui qui a lancé le printemps arabe, ni lui qui a favorisé la montée en puissance de l’Etat Islamique, qui a pris son ampleur en Irak après le retrait des troupes américaines.

Aujourd’hui les voix qui s’élèvent sur les récents bombardements russes, intensifient la confusion, comme pour faire en sorte que personne n’y comprenne rien. Encore ce matin, sur RFI, entre autre, il a été annoncé que les cibles russes faisaient polémiques, parce que les russes auraient bombardé des bases rebelles financés et entraînés par la CIA et non l’Etat Islamique. Alors de qui parle t’on ? Du Front Al-Nosra ? Le but n’est-il pas de combattre le terrorisme, que l’on soit américain, russe ou français ? Les choses ne sont pas claires ! Pourquoi ne parle t-on que de l’Etat Islamique, alors que ce n’est pas le seul mouvement terroriste présent dans le conflit syrien ?

De nombreuses voix se sont élevées ce jeudi 1er octobre, sur les bombardements russes qui ont visé des bases du Front Al Nosra, plutôt que l’Etat Islamique, alors que ce même Front Al-Nosra est reconnu comme une organisation terroriste, proche d’Al Qaîda. Alors pourquoi ces polémiques ? Y’aurait-il des gentils et des méchants terroristes ? Comment se fait-il d’ailleurs, que plusieurs articles sur internet font état de complaisance envers le Front Al Nosra à l’image de la Tribune de Genève qui revient sur ce qu’aurait affirmé Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement International : « le Front Al-Nosra fait du bon boulot » ? De même, pourquoi cet article du Monde qui revient sur les bombardements russes, précise que « les régions touchées sont tenus par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al Qaîda, et par des rebelles islamistes, et non par des djihadistes de l’Etat Islamique ». Les russes veulent combattre le terrorisme, comme nous non ? Encore mieux, les frères Kouachi, ne se réclamaient-ils pas d’Al Qaîda ? Oui, ils se réclamaient d’Al Qaïda dans la péninsule arabique, qui a d’ailleurs revendiqué officiellement les attentats de janvier 2015, qui rappelons le ont tué 11 personnes, dont 8 membres de la rédaction de Charlie Hebdo. On le voit les médias, comme les politiques, alimentent la confusion et les exemples sont nombreux, parce qu’ils ne font que relater des faits sans explications.

La Russie par la voix de son Ministre des Affaires Etrangères, Sergueï Lavrov a reconnu que pour elle, l’Armée Syrienne Libre, qui appelle à l’établissement d’une démocratie, n’était pas considérée comme un mouvement terroriste et qu’elle n’avait donc pas à être attaqué. Pourtant les américains accusent la Russie de bombarder aussi cette armée. Qui a raison ?

Un article paru sur le Nouvel Observateur fait état de polémiques sur les cibles russes qui ont visé  l’Armée de la conquête. Pourquoi ces polémiques ? Sûrement parce que cette armée formée le 24 mars 2015 est soutenue par l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, des exemples de démocratie et surtout, nos « amis » ! Cette armée est d’ailleurs composé de membres du même Front Al Nosra, encore lui, groupe armée salafiste djihadiste, affilié, rappelons le, à Al Qaïda.

Un article daté du 1er octobre  sur le Figaro revient sur les propos du sénateur américain John McCain qui critique lui aussi les bombardements russes, qui auraient visé l’Armée syrienne libre et des rebelles entraînés et financés par la CIA. Tiens, cette même CIA qui a soutenu (on peut le lire sur Wikipédia) Al Qaïda pour déployer une politique interventionniste dans le souci d’enrayer et d’abattre la puissance de l’URSS, désignée comme « Empire du Mal », par l’administration Reagan. Trente ans après, on en est au même point, les méchants russes, et les bons américains. Mais ce qui gêne n’est-il pas que tout simplement, la Russie n’est pas membre de l’OTAN ?

On le voit ce conflit est plus que compliqué. On peut aussi se demander pourquoi la Turquie, membre de l’ONU, bombarde des bases kurdes qui combattent l’Etat Islamique. L’Etat Islamique dont l’origine est liée à Al Qaïda. Décidément, tous ces mouvements terroristes ont un lien !

Pourquoi polémiquer sur les cibles russes ? Les terroristes, dont Al Qaïda ne sont-ils pas ceux qui nous ont attaqué en janvier dernier et qui nous menacent ? On pourrait plutôt polémiquer sur l’efficacité des bombardements en Syrie pour combattre l’Etat Islamique alors que ce dernier est présent dans d’autres pays, comme l’Irak et la Lybie qui connaissent eux aussi le chaos. On pourrait aussi polémiquer sur cette enquête lancée par la France sur Bachar El Assad pour crimes contre l’humanité. Pourquoi aujourd’hui, alors que ce même Bachar est Président de la République arabe syrienne depuis le 20 juin 2000. Pourquoi ne pas faire de même avec les dictateurs africains actuels ou même le dictateur de la Corée du Nord, Kim Jong-Un, dont tout le monde se fout ! C’est qu’il y a sûrement des intérêts géopolitiques qui nous dépassent ! On peut aussi se demander si les politiques eux mêmes comprennent la situation.

Messieurs, les politiques, pourquoi alimenter la confusion ? Pourquoi ne pas s’allier franchement plutôt que déployer votre énergie à des bassesses  ? Vous avez le pouvoir de dire la vérité ! C’est contre la terreur, contre le terrorisme, qu’il faut se battre pour maintenir la paix dans le monde, et notamment pour éviter une crise migratoire encore plus importante que celle que nous pouvons voir en ce moment. Nous n’avons pas besoin de vos petites gamineries !

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos guillaume joubert

Après avoir été rédacteur sur divers sites musicaux comme Rocknfrance, Zikannuaire, Punksociety, Zik'nblog, et animateur d'une émission de radio diffusée sur 12 radios, dont 7 FM, en France, en Belgique et en Suisse, j'ai décidé de reprendre l'écriture sur FranceNetInfos. C'est un plaisir de participer à la diffusion d'informations régionales et nationales, sur des sujets qui me tiennent à coeur comme, entres autres, la culture, le cyclisme et l'environnement.

A lire aussi

Le château de Tarascon présente « Light is more »

Poursuite des évènements autour du « ON » avec la 6ème édition d’Octobre-Numérique. Direction Tarascon et plus ...

3 commentaires

  1. Je me permets de rectifier une erreur courante rassurez vous, beaucoup de gens confondent ONU et OTAN, en l’occurrence la Russie fait bien partie de l’ONU mais pas de l’OTAN, merci de revoir votre texte, très pertinent au demeurant.

    • guillaume joubert

      Bonjour, Merci d’avoir pris le temps de lire cet article. J’ai corrigé ! Vous avez raison…. Je pensais pourtant bien OTAN et non ONU. Bonne continuation.

  2. Toute vos remarques géopolitiques sont pertinentes! Mais selon moi tout deviens bien plus clair si l’on regarde avec un angle différent.
    Et si cette vague migratoire était voulu. Je veux dire pas là, et si nos amis les USA avait planifié cette vague migratoire afin de « libérer » les territoires africains concernés afin de pouvoir en extraire les richesses naturelles sans que personne ne pose de résistance, après tout, ce n’est que des terroristes qui contrôles les terres en question. Puis bon, si les terroriste sont aidés à prendre possession des dits territoires, ils laisserons les exploitations tranquilles, ou les exploiterons pour nous grâce à des esclaves, que des avantages pour les USA.

    Et dans le même temps, les USA ont une peur grandissante d »une alliance entre la veille Europe est la Russie. Faut dire, leurs territoires seraient mis de côté dans les échanges commerciaux car le développement de voie économique terrestre est bien plus productive et moins coûteuse qu’un transport maritime ou aérien.

    Quoi de mieux que de « ralentir », pour ne pas dire « endiguer » toute reprise d’un contient si ce n’est par l’afflue massif d’une population qui demandera donc de la coordination à son intégration. Et de ce fait, une non productivité et un effondrement du marché du travail (explosion de la demande). Et pourquoi pas une guerre civile, les tensions sont de plus en plus palpables…
    Vous allez me dire, pourquoi vouloir affaiblir un allié? Qu’ont les US à gagner dans cette histoire?
    L’économie des US est morte. Leurs mains mise sur l’économie mondiale fond comme neige au soleil de part les nombreux contrats entre puissance mondiales de plus en plus hors de la monnaie $. De plus, l’émergence des BRICS enfonce le clou. La seule domination (?) qu’ils détiennent encore est la puissance militaire.

    De ce fait, dans une Europe au bord de l’effondrement, les US y voient un marché gigantesque s’ouvrir, de quoi bazarder leurs productions (sans normes ou peu) et les tribunaux d’arbitrage afin de faire fléchir les derniers états récalcitrants (tout en remplissant les caisses) et pour finir, disposeront d’une mains d’oeuvre qualifié et à la recherche de travail afin de les extrader vers leurs pays et y tirer les nombreux avantages (tiens ça me rappelle vaguement l’opération peperclip dans un autre contexte).

    Méfions nous, « le monde il est pas gentil » et nos amis ne sont pas ceux qu’on veux nous faire croire. (voir les multiples actions us en 1945 pour annexer la France, AMGOT etc…).

    De nos jours, nous n’avons plus besoins d’ennemie, nous avons nos amis US.

Lire les articles précédents :
Une nouvelle série « satellite » autour de l’univers « NEIGE » aux éditions Glénat

On renouvelle l’équipe ! On prend Convard et Adam au scénario, Vignaux aux dessins, et ...

On n’est pas que des cobayes ! Tome 1, Les mini-cobayes

La célèbre émission On n’est pas que des cobayes ! de France 5 inspire énormément ces ...

Les docs du CP, tome 3, Les loups

La nouvelle collection des Doc du CP, s’agrandis avec ce troisième tome, Les loups, un ...

Fermer