Accueil / Culture / Littérature / BD / Campus Stellae, le quatrième tome, La mort aux quatre visages.

Campus Stellae, le quatrième tome, La mort aux quatre visages.

campus-stellae-mort-quatre-visages-glenatVoici le dernier tome de la série Campus Stellae, Sur les chemins de Compostelle, paru aux éditions Glénat, le 2 juillet 2014. Ainsi La mort aux quatre visages clôture cette série qui propose des récits inspirés des pèlerinages vers St Jacques de Compostelle.

Fin novembre 1348, à Bourges, alors que la neige tombe, un homme doit recouvrir le corps d’une jeune femme morte. Il descend des escaliers, passe à côté de deux autres corps recouverts d’un drap, prend un morceau de pain, s’habille et sort dans la rue. Dehors aussi les corps s’entassent, la peste noire ravage toute la ville et même plus. Il marche alors parmi les cadavres, lorsqu’un mendiant lui quémande quelque chose. Il sort alors de sa besace un morceau de pain qu’il tend à l’homme atteint de la peste, il est interpellé par un ami, Maugis, qui lui affirme que son geste est bien inutile ! Il l’invite à le suivre à la Grosse tour, où tous les consuls ont été convoqués pour une assemblée, et les conseils avisés de Grégoire seraient les bienvenus en ces temps difficiles. Peu de temps après, le conseil constate amèrement, qu’ils sont encore peu nombreux, certains d’entre eux sont morts, d’autres ont fui…

Ce dernier tome, de Pierre-Roland Saint-Dizier est moins plaisant et entraînant que les précédents, malheureusement, la bande dessinée respecte le thème, et cette fois-ci le lecteur accompagne les protagonistes jusqu’à Compostelle, ici le mystère demeure dans les souvenirs douloureux du personnage principal,campus-stellae-mort-quatre-visages-glenat-extrait Grégoire, qui auparavant était chevalier, et va partir en quête d’un remède pour venir en aide à sa seule famille, son frère atteint, lui aussi de la peste. Un homme tourmenté par ses choix, qui parait pourtant bienveillant, avec les pèlerins qu’il va rencontrer sur son chemin, tout comme une lépreuse qui lui tendra la main… Plus émouvant et moins dynamique que les précédents, ce dernier tome reste tout de même très intéressant. Le dessin d’Andrea Mutti est très réaliste, détaillé et travaillé, comme dans les précédents tomes, offrant ainsi un bel ouvrage.

Campus Stellae, Sur les chemins de Compostelle, termine la série avec La mort aux quatre visages, un album, moins dynamique, moins aventureux, plus plat, mais offrant un récit émouvant et intéressant.

Les tomes précédents :

A propos celine.durindel

A lire aussi

Kill or be killed, le deuxième tome

Ed Brubaker et Sean Phillips, poursuivent leur thriller, Kill or be killed, une tétralogie angoissante, ...

Lire les articles précédents :
Une Vuelta 2014 hautement relevée

A quatre semaines de la fin du Tour de France, la Vuelta 2014 s'élancera de Jerez de la ...

Investir à l’étranger : les opportunités 2014

Si l'immobilier est encore en crise dans les pays européens, il reste néanmoins une opportunité ...

La drôle d’idée de mon papa.

Paru aux éditions Nathan le 12 juin 2014, La drôle d’idée de mon papa est ...

Fermer