Accueil / Culture / Cinéma / Gibraltar… le film ?

Gibraltar… le film ?

Mais enfin, inspiré ce jour-là – Je décide d’aller voir le Film Gibraltar  de Gille Lelouche .Je croyais tomber sur quelque chose de la mouture – en terme de jeu d’acteur et de rythme, d’ambiance de stress, de suspens, d’adrénaline – d’un « Go Fast »…

 gibraltar-le film

L’histoire : dans les années 80, Marc Duval (joué par Gilles Lellouche) est venu se refaire une santé avec sa femme, repartant sur de nouvelles bases en se créant une nouvelle vie à Gibraltar, après avoir essuyé quelques déconvenues financières en France (qu’il a semble-t-il d’ailleurs quitté de façon pas très orthodoxe…) ; il a donc, se laisse-t-il sous-entendre dans le début de l’histoire, en partie réalisé ses rêves : il possède un sublime bateau à voile (de milliardaire, qui doit coûter une véritable fortune, et il faut avoir réellement les moyens pour entretenir un tel bijou avec pont tout en teck, etc…), sur lequel on le voit faire du cabotage (occasion de nous offrir de belles images caricaturales d’immensité azuréenne et de solitude dans le bleu pur de l’océan) ; mais, me direz-vous ce n’est qu’un film ! Sa nouvelle activité : un très joli bar restaurant qui lui aussi n’a rien à voir avec le petit estanco que l’on aurait pensé plus réaliste dans le contexte de cette histoire (soit dit en passant tirée d’un fait véridique !), dans lequel il a l’air de se faire mortellement ch…. Passons là aussi : ce n’est décidément encore qu’un film ! Accumulant les dettes il va donc se retrouver coincé, embarqué à passer un deal avec un officier des douanes (Tahar Rahim),  l’amenant par conséquent à devoir infiltrer le milieu du trafic de drogue de haut vol, pour finalement se retrouver pris dans la toile d’un imbroglio qui le dépasse…

Eh bien, justement pour moi c’est là que tout pèche : ça devait être « LE » film pour lequel je devais dès le début, confortablement enfoncé, dans mon siège, la ceinture me scotchant à ma place à 8 euros (tarif d’après-midi), me laisser captiver durant presque deux heures… Mais, désolé, au final j’en reviens fort de quelques réserves : un bien joli film que cette réalisation de Julien Leclercq (L’Assaut), sur un scénario de Abdel Raouf Dafri (Un prophète, Mesrine) ; le responsable de la photo et le service décoration se sont fait très certainement plaisir : tout est beau ! Le jeu des acteurs ? L’impression d’un gâchis de compétences, un gaspillage de talents ; les personnages principaux sont comme en simple visite, constamment en retenue, bridés, alors que le potentiel est pourtant bien là à portée – qui n’aspirerait qu’à sourdre, qu’à jaillir –, que ce soit Lellouche ou Rahim ; quant au  rôle de la sœur, on se demande bien à quoi elle sert : on aurait mis un meuble que le rendu était pareil, une pièce rapportée ! Paradoxalement, dans cet intéressant projet, ceux qui véritablement transcendent, parfaitement tip top et vrais à leur place (plus particulièrement les méchants : d’authentiques mauvais, dont la présence quoi que brève, mais bon dieu ! justement « quelle présence ! », remplissait l’espace et crevait à chaque instant, puissamment, littéralement à l’écran ; j’en avais froid dans le dos !), tous les seconds rôles et les figurants. Extraordinaire, non !

Je suis certain que les deux rôles principaux (tenus par Gilles Lellouche et Tahar Rahim), conduits par un staff américain auraient été mieux exploités, soumis à beaucoup plus d’exigences et de professionnalisme, offrant à ces deux acteurs le champ propice à l’expression de cette bouillonnante matière enfouie dans leurs tréfonds. Dommage !

Mais, que l’on se rassure : j’ai passé un bon moment… et il y avait l’intention ; on peut imaginer que, comme souvent dans le cinéma français, peut-être y avait-il encore un budget serré à tenir, et que les finances étaient-elles au ras des pâquerettes pour tout boucler en fin de mois, comme celles du héros principal ? Si j’osais une suggestion : allez quand même voir ce film.

 

A propos Agence

A lire aussi

Ourse et Lapin – Une chouette surprise

Une chouette surprise est le troisième tome d’Ourse et Lapin, ces romans adorables pour les ...

Lire les articles précédents :
Les usages et attentes des conducteurs par rapport à l’assurance auto.

Dans le souci d’avoir une idée sur les usages et les attentes des conducteurs par ...

Scopitone: Les arts numériques et cultures électroniques à l’honneur

A partir de Mardi 17 et jusqu'au Dimanche 22 Septembre 2013, le festival Scopitone, festival ...

Connaître LA recette d’un plat servi dans un Restaurant Gastronomique : C’est possible et c’est par ici !

     Aujourd’hui, le Chef du restaurant gastronomique du Château Hôtel de Vault de Lugny ...

Fermer