Accueil / Ecologie / Greenpeace, pour un monde plus vert

Greenpeace, pour un monde plus vert

Rendez-vous fixé au CLID, siège de l’Association Greenpeace à Nancy.

Sarah, bénévole active est la première arrivée, François Rittie, coordinateur du Groupe local Nancy-Metz, arrive les bras chargés de jus de fruits, bio bien évidemment. Nous serons très vite rejoints par Patrice, l’aîné de l’association et Laure, tous deux principaux référents.

Installés autour d’une table, les acteurs de l’ONG vont partager un informatif et enrichissant dialogue avec la facilité et le naturel tout à fait représentatif du monde associatif. On y découvre des personnes engagées, impliquées et soucieuses de la protection de la Terre.

« L’association GreenPeace, est une association de protection de l’environnement et de promotion de la paix, c’est une organisation internationale qui se décline au niveau des pays et des régions comme ici à Nancy à travers des groupes locaux. Greenpeace se décline sur plusieurs campagnes, il y en quatre : la forêt, l’océan, l’agriculture et enfin le climat/énergie, c’est quand même un gros chapitre car il comprend aussi le nucléaire.  »  m’explique François.

L’organisation internationale  compte plus de trois millions d’adhérents et plus de 36 000 bénévoles à travers le monde. Elle est présente dans 55 pays, sur tous les continents et tous les océans grâce à ses 28 bureaux nationaux et régionaux et ses trois bateaux. Depuis plus de 45 ans, Greenpeace agit selon les principes de non-violence pour protéger l’environnement, la biodiversité et promouvoir la paix.

La non violence, est l’une des valeurs principales et fondamentales de l’association : « Tout est dans le nom : GreenPeace signifie « Paix verte », la première valeur est la non violence, ces modes d’actions sont des modes d’actions non-violentes contrairement à ce que certains ont encore  à l’esprit et on ne sait pas trop pourquoi.  Quand on fait des micro trottoirs, ils nous disent que nous sommes violents, que nous sommes agressifs, certains disent que nous avons été jusqu’à couler un bateau…, en parlant du Rainbow Warrior en 1985, sauf que le bateau était un bateau de GreenPeace qui a été coulé par les services secrets du gouvernement français, c’est un attentat d’état et il y a un mort parmi l’équipage de Greenpeace et cela s’est produit à l’étranger, donc c’est quand même grave…il y a des amalgames et c’est important de le dire. » précise Patrice plein de conviction.

Laure me rappelle l’importance du dialogue , de la discussion, des échanges : « Il y a des formations de spécialistes sur la question, notre mode d’intervention est toujours dans la communication, on essaye d’aller vers les entreprises qui polluent, vers les politiques, vers toutes les personnes qui ont une  certaine influence qui pourraient aider à changer les choses et on discute. Quand il n’y a pas de réponse, on commence à faire des petites actions pour prévenir les gens pour sensibiliser à l’image de HSBC que l’on a sollicité .»

Page Facebook Greenpeace France / Groupe Local de Nancy Metz

« On va toujours dans la négociation, dans le dialogue, par rapport à une entreprise ou un service gouvernemental avant de déclencher quoi que que ce soit .Que ce soit des activités de rues, si on  a une écoute, c’est-à-dire arriver à  faire mettre en place un plan de progrès, on peut s’arrêter là et souvent il y a des études de fonds faites par des responsables de campagnes, et cela ne va pas plus loin. Mais quand on arrive pas à avoir d’écoute et que les promesses ne sont pas traduites par des actes suivant le calendrier , c’est à ce moment là que l’on commence à interpeller, à informer un peu plus la population, quand c’est une action, c’est une interpellation un peu plus énergique mais jamais violente, c’est là où la frontière peut être un peu mal interprété par le public.Ce sont des actions qui dérangent mais pas forcément violentes, elles sont énergiques et parfois inégales. Elles sont inégales mais légitimes, il y a une différence entre les deux. » appuie Patrice.

 «C’est tout dans le symbole, rajoute François, quand on rencontre les personnes, ils ne nous perçoivent pas comme non -violent mais ce n’est qu’une petite partie, le reste de la population nous soutient.»

« À mon avis ce qui fait la différence c’est le niveau d’informations, à partir du moment et on a réussit à discuter et expliquer nos moyens d’actions, le pourquoi de nos mobilisations, les gens comprennent mieux.» conclue Patrice, qui porte derrière lui de nombreuses années de bénévolat.

Depuis sa création en 1971, Greenpeace est une organisation indépendante des Etats.

Son indépendance est financière  « on l’acquiert en n’acceptant pas de subventions  d’État ni de dons d’entreprises, nous vivons uniquement des ressources des adhésions de nos adhérents ».

François me précise que l’indépendance est aussi politique, « on ne s’identifie à aucun parti, et aucun parti ne soutient GreenPeace, on peut être cité par des partis politiques ou avoir des valeurs communes  au niveau des idées mais GreenPeace cherche réellement à se séparer de la sphère politique… si il y a un mot pour résumer on peut dire que GreenPeace se définit comme un contre-pouvoir ».

L’ ONG repose sur une valeur importante: la globalité, « on s’attaque à toutes les campagnes, surtout les causes internationales, les grands thèmes, on ne s’attaque pas à des problèmes locaux sauf si ils ont un retentissement plus grand »

L’association Greenpeace est surtout connue à travers ces campagnes. Les militants du Groupe local Nancy-Metz nous en disent plus.

Campagne Agriculture

En ce qui concerne l’agriculture, plusieurs actions sont mises en place m’informe François : « Greenpeace est là pour impulser une agriculture raisonnée,  on ne va pas forcément s’identifier à l’agriculture biologique, le but serait d’amener une agriculture plus respectueuse de la terre et des paysans. »

Campagne Océan, démontré par l’action «  Petit Navire »

Laure m’éclaire « Le problème de petit navire, c’est qu’ils utilisent une technique de pêche extrêmement dévastatrice et ils ont des filets qui n’attrapent pas seulement le thon, mais également les requins, les tortues, toutes les autres bêtes…Quand ils ramènent les filets sur les bateaux, ils rejettent tout ce petit monde à la mer si ce n’est pas du thon et le problème c’est qu’ils ont tellement été abimés qu’ils vont forcément mourir, donc en gros ils sont en train de détruire toute la faune marine, voilà pourquoi GreenPeace a réagit à cela. »

Et de poursuivre « Nous avons été dans les magasins à Nancy et nous avons retiré toutes les boites de thon « Petit Navire » des rayons, nous les avons mises dans un caddie et nous nous sommes baladés avec dans le magasin ce qui fait qu’il n’y avait pas d’achats de boites de thon « Petit navire » et c’est là que l’on se rend compte que Greenpeace est utile  car cette action a été faite dans la France entière au même moment, dans d’autres pays également, en Italie, aux States. C’est localisé et fait à plus grande échelle ce qui permet de faire plier les grandes entreprises.»

Campagne Forêt

« Éviter la déforestation à grosse échelle et conserver les forêts primaires qui sont essentielles au climat premièrement, à la vie locale, aux personnes qui vivent sur place, et aussi les richesses… Voilà la mission de cette campagne expose François. C’est vrai que l’on n’y pense pas mais les substances médicamenteuses viennent des forets primaires, c’est un gros potentiel de recherche. C’est aussi la biodiversité avec une faune et une flore tout à fait exceptionnelle. »

Campagne énergie

La campagne énergie se centre en France principalement  sur le nucléaire et l’électricité.

« Le but est de changer les modes de production d’énergie, on ne dit pas qu’il faut retourner à la bougie  même si il y a des côtés sympathiques…dit Patrice en souriant,  mais la première préconisation est avant tout d’arrêter le gaspillage , il faut en consommer moins tout en vivant dans le confort en améliorant l’efficacité énergétique comme l’isolation. »

La proposition d’une énergie «  plus verte » auprès de la vice-présidente du conseil régional du Grand Est,Valérie Debord été mise en place. « Il s’agissait d’une campagne pour rappeler à la population que le Grand Est a un potentiel solaire important, parce que on pense souvent au sud de la France, il ne faut pas seulement les rayons du soleil pour produire du solaire, la lumière suffit,  on a des nuages lumineux. Le but serait de développer le photovoltaïque comme notre voisin l’Allemagne.»

Le jeu 1,2,3 Soleil  géant initié à Strasbourg exprime que le développement du solaire est un jeu d’enfant.

Plusieurs actions sont mises en oeuvre au sein du groupe local de Nancy-Metz.

L’objectif des groupes locaux, est de décliner au niveau local des campagnes décidées au niveau international.

Le lien entre coordinateurs locaux et siège au niveau national , la centralisation, l’organisation structurée et pyramidale permettent un meilleur impact des actions,  favorise une meilleur gestion de l ‘aspect technique, logistique et augmente l ‘efficacité de travail.

Leur souhait , serait avant tout d’avoir un groupe solide. « Sympathisants, adhérents ou participants, un groupe solide permet de faire avancer les choses. » m ‘expliquent-ils tous.  Internet, le cybermilitantisme, les réseaux sociaux permettent également de faire des actions.

« Il n ‘est pas nécessaire de donner de l’argent, pour rentrer dans le groupe , non c’est gratuit, on donne juste de son temps» me dit Laure.

« Il  n ‘est pas non plus tenu de faire toutes les activités si l ‘on est pas en accord avec cette activité soit sur le fond, ou le mode de fonctionnement de cette activité , on n ‘a pas à se justifier.» précise Patrice.

Page Facebook Greenpeace France / Groupe Local de Nancy Metz

Les activités de lobbying auprès des politiques, des entreprises, la sensibilisation plus globale de la population, dans la rue, la signature de pétitions, les stands, les conférences, les activités médiatiques , les happenings de rue, ou les affichages sauvages..sont les différentes actions  menées par les militants. 

Le Groupe local Nancy-Metz de l ‘association Greenpeace, porte en lui plusieurs projets : créer une pastille « Mon restaurateur s’engage» à l’image de ce qui se fait à Clermond-Ferrand. «Le restaurateur propose un menu végétarien, et même végan, tout à fait acceptable et élaboré avec des ressources locales et grâce à cette référence, ceux qui sont végétariens ou végan peuvent s ‘y fier et c ‘est ce qui est intéressant.»

« Greenpeace ne prône pas forcément le végétarisme pur et dur mais dans un contexte ou l ‘on sait que l ‘élevage produit beaucoup de gaz à effet de serre, qu ‘il est en parti responsable de la déforestation en Amazonie…il faut du soja, il faut des terres… et évidemment cela rentre dans le projet Greenpeace , c ‘est un pas aussi vers l ‘écologie.»

A la question de savoir si à Greenpeace, l ‘on est végétarien, la réponse est unanime : c’est la tendance mais c’est vraiment au goût de tout le monde , chacun est libre de faire ce qu ‘il veut!

C’est alors que Patrice, omnivore racontera ses aventures culinaires végan et ses premières recettes :  « J’ai apprécié, à partir du moment où l ‘on a mangé quelque chose de goûteux végan, on peut se dire pourquoi pas?…J’ai goûté de la bolognaise et je t ‘assure que l ‘on ne voit même pas la différence! » « Et mon chien a adoré, je m’attendais à ce qu ‘il me recrache tout, mais alors pas du tout !» 

« Les chiens peuvent êtes végétariens mais pas les chats, ils n ‘ont pas l ‘organisme pour, mais les chiens oui !» , m’apprend donc Laure.

Après cette joyeuse parenthèse, François nous fait part du second projet local  en cours de réalisation. Le but serait d’amener une variante du Projet national « Farmer to Farmer ». Il s ‘agirait de proposer une plate-forme  d’échanges pour les agriculteurs en demande d’informations, de soutien. « C’est un site internet  où les agriculteurs peuvent échanger leur nouvelles techniques, leurs nouveaux projets, s ‘entraider, discuter et voir qu ‘il ne sont pas seuls, et qu ‘il y en a beaucoup comme eux qui souhaitent faire bouger les choses, » m’explique Laure.

« Ce qui est intéressant dans cette manière de faire c ‘est que l’on abolit le fait que Greenpeace veuille faire la morale aux agriculteurs, ce n ‘est pas du tout le cas et ce qui est voulu, tient à rajouter François , ici, Greenpeace donne un outil aux agriculteurs pour que entre eux, ils trouvent des solutions.» 

L’engagement est évident chez ces militants. Ne les enlevez pas leurs convictions, ils y sont profondément attachés !

Page Facebook Greenpeace France / Groupe Local de Nancy Metz

Pour Patrice, c’est un regroupement entre centres d ‘intérêts et convictions,  « c’est une organisation importante, il y a de la formation possible , on apprend beaucoup de choses, je trouve que pour les jeunes c ‘est un tremplin pour apprendre à s’exprimer. On a ses convictions mais il ne faut pas chercher à être intégriste . Ce n ‘est pas simplement faire de la morale aux gens, c ‘est aussi être convaincu, faire avancer les choses par osmose non par du rentre-dedans,  par l ‘exemplarité également.» 

« En gros , me dit Laure, si on veut agir pour l ‘environnement, ensemble on peut faire beaucoup de choses,  si on est seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin, et donc avec les moyens Greenpeace, dès que l ‘on veut s’engager pour l’environnement c ‘est une super façon de s ‘investir, car les ressources sont déjà présentes, et c’est motivant. C ‘est pour notre planète, c ‘est pour nous même, c’est pour les autres, c’est très important.» 

Sarah de sa paisible voix confirme: «La première chose c ‘est d ‘y croire, et d ‘être absolument persuadé que ce que l’on fait c’est ce qu ‘il fallait faire et que c ‘était notre chemin simplement.» 

«Je pense que dans beaucoup de personnes il y a ce sentiment de vouloir aider les autres, de vouloir léguer une planète toujours en bon état, c ‘est un peu une histoire de cœur , quand on voit une forêt être rasée, le premier sentiment qui vient c ‘est la tristesse et transformer ce sentiment en concret, c ‘est vrai que l’association donne des voies, des pistes d ‘actions…Je m’engage aussi par refus du fatalisme, beaucoup de personnes veulent faire quelque chose et ne savent pas comment, s’engager est un moyen de se faire du bien, car c ‘est un juste retour des choses, on essaie de faire ce que l ‘on peut pour éviter ce fatalisme.» 

Au moment de s’interroger sur l ‘état actuel du monde en matière environnemental, le coordinateur François Rittie me donne cette citation de Pierre Rhabi «La jeunesse a un magnifique chantier devant elle» .«Le potentiel humain est là ,beaucoup d ‘être humains sont en accord avec les valeurs humaines, écologiques et sociales, et le potentiel est là c ‘est juste qu ‘il faut le révéler. Il y a du pain sur la planche mais il y a beaucoup d’espoir» .

«L’ association Greenpeace essaie d ‘anticiper les choses, d ‘agir en amont, de dévier les dégâts, ne pas arriver à l’extrême pour changer les choses» concluent-ils.

Ainsi, à tous les éventuels bénévoles, le groupe local Nancy-Metz vous invite grandement à s’engager, il vous promet du partage, des façons sympathiques de s ‘informer (documentaires, films, débats), des échanges de connaissances.

Le dialogue avec les militants de Greenpeace Nancy-Metz, prendra uniquement  fin à l’arrivée d ‘autres bénévoles pour une réunion d ‘information. L’engagement, l ‘implication et la volonté d’apporter une nouvelle impulsion au changement, à la protection de l’environnement et finalement à la paix n’est aucunement une seconde nature…Ils voient définitivement « la vie en vert ».

Le +

L’Ours polaire, mascotte appréciée des petits et des grands est le symbole dénonçant l’Arctique touché par le réchauffement climatique. Le réchauffement climatique amène la fonte des banquises, et celle ci engendre la disparition des ours polaire.

Page Facebook Greenpeace France / Groupe Local de Nancy Metz

 Une sympathique anecdote : « Papy l ‘incruste !»

Laure avec son rire significatif et communicatif raconte : « Le p’tit vieux trop marrant! Il y a un petit papy qui est venu nous parler quand nous faisions une action (La roue de l ‘infortune), il était motivé, il voulait absolument être sur les photos avec nous, il n’arrêtait pas de parler de sa canne, de la sécurité sociale, de sa vie, de son enfance, de tout ! Sur les reportages, les photos il était présent, on pouvait penser qu’il faisait partit du groupe local ! On fait vraiment des rencontres incroyables, il était vraiment marrant et attachant…! Autant on a des pro-nucléaires difficiles à gérer, virulents, autant il y a des petits papys très drôles ! »

 10 Bonnes raisons de s ‘engager à Greenpeace ( selon le groupe local Nancy-Metz)

  • Chacun peut apporter sa pierre à l ‘édifice !
  • Si personne ne le fait, personne ne le fera !
  • Ensemble, il y a des moyens de faire de très belles choses !
  • Ça vaut le coup de s ‘engager et de faire partie d ‘un groupe qui agit concrètement !
  • Vous pouvez faire quelque chose et avec plaisir !
  • On est aucun cas impuissant !
  • On s ‘ouvre au monde !
  • Si on doit vivre, autant vivre correctement dans un monde non pollué !
  • On partage des valeurs communes !
  • On ne se sent pas seul à vouloir protéger la planète !

GREENPEACE

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Nuncia Dumorné-Rayemamby

Actualités artistiques, culturelles, touristiques

A lire aussi

Audrey Tautou, l’actrice photographe se dévoile !

Pour sa 1ère exposition Nationale Audrey Tautou l’héroïne du film « Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain » ...

Lire les articles précédents :
Lili Crochette et Monsieur Mouche – Le Fléau du bord de l’eau, une BD jeunesse explosive !

Joris Chamblain (scénario) et Olivier Supiot (dessin) nous proposent le premier Tome de Lili Crochette ...

Bien choisir sa batterie moto

Amis Motards : Bien choisir sa batterie est un choix important qui ne se fait ...

Du Andersen modernisé chez Komikku !

Sanami Suzuki nous propose une version fantastique et modernisé de « La petite fille aux ...

Fermer