J’ai vu des soucoupes, un témoignage saisissant chez La boîte à bulles 

Bercés depuis les années 50, par le syndrome ufologique, la société n’a cessé de nous bombarder de théories de tout bord jusqu’à l’époque actuelle ! Certains, comme Sandrine Kerion sont tombés dedans à pieds joints. Et c’est grâce à son ouvrage, intitulé : J’ai vu les soucoupes, publié aux Éditions La boîte à bulles, que celle-ci nous offre un témoignage documenté cynique mais surtout salvateur !!!

Disponible à partir du 9 juin, il vous partagera entre rires, drames et savoir !

jai-vu-les-soucoupes-couv
J’ai vu les soucoupes © La Boîte à Bulles
  • Le décor :

Sandrine Kerion se livre sans filtres, sur ses 15 ans de cheminement personnel et intellectuel, à propos d’un engouement populaire bien ancré dans la société depuis des années : les OVNI ! 

Alors qu’elle n’est encore qu’une ado mal dans sa peau, dans les années 90, avec une famille en train de voler en éclats, celle-ci se raccroche désespérément à un ailleurs plus clément.

Elle commence alors sa rétrospective passionnante, de la naissance de l’Ufologie, en passant par la description des différentes étapes ayant menées, au fil des années, à cet engouement pour des croyances non véritablement fondées, elle décrit son mal être et sa propre vision des choses.

Et, c’est à l’heure où la gent « geek » est plus molestée qu’encensée, puis, au début des diffusions de séries sur le sujet, plus l’avènement des réseaux sociaux, que le sujet devient encore plus populaire. Même les médias et personnalités, les plus reconnus surfent sur la vague de « la vérité est ailleurs » !

Un passionnant voyage au fil des années, dans le conscient et l’inconscient de la population, et de l’autrice !

extrait-soucoupes
J’ai vu les soucoupes © La Boîte à Bulles
  • Le point sur la BD :

Les années ont passé, et il est vrai que j’avais moi-même oublié cette période ! Heureusement, ce titre J’ai vu les soucoupes chez la Boîte à Bulles, me ramène à cette heure étrange sur le moment, mais risible à présent.

Ce témoignage courageux de Sandrine Kerion, est absolument nécessaire car, grâce à cette « rétrospective » des années 50, à notre époque, le lecteur s’aperçoit de la puissance des médias, et de la facilité à tomber dans un espèce de mood sectaire. Que ce soit pour l’ufologie, ou tout autre « croyance » extrême, on comprend aisément le cheminement intellectuel et affectif, qui pousse à tomber du « côté obscur » tellement naturellement, que ça devient presque logique.

Les graphismes tricolores sont simples et ombrés, mettant en avant le côté froid et “dépressif” du regard porté sur le passé. L’autrice nous embarque, non sans humour, dans son affect, et le parallèle avec ce qu’elle peut entendre ou lire. On peut paradoxalement dire qu’elle a fait une chute vers le cosmos !

extrait-soucoupes
J’ai vu les soucoupes © La Boîte à Bulles

 

  • La conclusion :

Une « autobiographie » couplée d’une analyse parfaitement documentée et intelligente. J’ai vu les soucoupes aux Éditions La Boîte à Bulles alterne les thématiques : mal être, hallucination collective, amalgame, et prédisposition familiale à se laisser embarquer dans une sorte de gouffre sans fond !

Un témoignage salvateur et particulièrement original avec un humour cinglant plaisant, à lire d’un oeil éclairé, et à mettre dans les mains de tous, et à étudier en milieu scolaire !!!

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

Après La Machine de Turing, Benoît Solès ouvrira la nouvelle saison du théâtre Anthéa d’Antibes avec La Maison du Loup

Benoît Solès a clôturé la saison dernière du Théâtre Anthéa d’Antibes avec son magnifique spectacle …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com