L’ours de Ceausescu : une comédie audacieuse et jubilatoire aux Éditions Steinkis

L’ours de Ceausescu est une comédie audacieuse et jubilatoire en one shot, sur quelques épisodes et la fin du régime de Ceausescu.
Au cours d’une manifestation contre la dictature en place, une jeune femme est enlevée puis emmenée « prisonnière » dans des locaux de la milice nationale. Elle ne sait pas pourquoi elle est là, mais, tour à tour, elle croise d’autres personnes dont les portraits vont former une anadiplose par chapitres.

Une œuvre tragi-comique à retrouver depuis le 21 Avril 22 aux Éditions Steinkis.

  • Le décor de L’ours de Ceausescu :

Bucarest, Place du Palais présidentiel, Décembre 1989 …

Une allocution de Ceausescu, huée par une foule en colère. On entend des mots accusateurs comme « tortionnaire », « assassin » , mais aussi des acclamations telles que « vive la liberté » … 

Le dictateur et ses sbires sont conviés à se retirer, tandis que, dans la foule, une jeune femme est abordée par deux hommes. Ceux-ci, après l’avoir chloroformée, l’embarque dans une camionnette.

Premier chapitre dédié à l’enfance de cette jeune femme, nommée Irina. Issue d’une famille modeste, c’est le jour où son frère qui travaille en France, arrive les bras chargés de cadeaux. Des chocolats pour les parents, et, pour Irina, un joli buste à coiffer et à maquiller. La petite fille est en joie. Et, pendant que tout le monde passe à table, celle-ci s’empresse de prendre un des accessoires de son jouet. Un joli nœud rose dont le ruban tombe, pour faire une jolie coiffure.

Le lendemain, Irina se présente en classe, coiffée d’un chignon paré de ce bel accessoire. Mais, pendant les chants obligatoires à la gloire du dictateur, derrière elle, une de ses camarades jalouse de cette « différence », va immédiatement la dénoncer à sa maîtresse. 

Elle est convoquée par celle-ci qui lui rappelle que la coquetterie n’a rien à faire dans l’établissement, et  lui confisque son bel objet.

Quelque temps plus tard, en passant devant la fenêtre de son habitation, Irina est surprise de constater que son institutrice utilise l’objet de la confiscation sur sa propre fille …

La vengeance de la petite fille va s’avérer être plus terrible pour cette enseignante que la privation de cet accessoire interdit par le régime !!!!

ours-ceausescu-extrait.jpg
L’ours de Ceausescu © Éditions Steinkis
  • Le point sur la BD :

Par une succession de chapitres, présentant un après l’autre, les portraits de différents personnages subissant la dictature, Aurélien Ducoudray déroule son scénario en séquences drôlissimes et pourtant dramatiques ! Le lecteur assiste à un morceau d’Histoire dictatoriale, du début jusqu’à la fin d’un régime « puant » l’hypocrisie. Le récit audacieux s’accentue grâce à cette anadiplose. Confrontant des moments passés et présents et mettant en scène la vie des différents protagonistes. En gardant le fil central, de cette Irina, de son enfance, au moment présent.  

On a là une satire où les auteurs amplifient le ridicule de la censure en place, du communisme, quelquefois avec un humour noir glaçant que Gaël Henry nous rend de son trait épais et caricatural. D’autres en présentant l’absurde total de multiples situations. 

L’ours de Ceausescu aux Éditions Steinkis reste une satire subversive accompagnant cette tombée du communisme de façon relativement grotesque : comme son régime !

ours-ceausescu-planches.jpg
L’ours de Ceausescu © Éditions Steinkis
  • La conclusion :

Vous apprendrez, en lisant L’ours de Ceausescu  aux Éditions Steinkis, que, contrairement au dicton connu, Le ridicule tue bel et bien !!! Le lecteur passe par des moments de délectations. Comme des moments de purs dégoût, avec ses personnages confrontés à des situations que l’on peut classer d’improbables. Et qui pourtant, ont dû bel et bien exister.

Un gros level up aux auteurs qui nous rendent une œuvre fictive mais dénonciatrice sous le couvert du ridicule. Particulièrement troublante et toutefois, amèrement jouissive !! 

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

Frankenstein-recueil-Junti-Ito-Mangetsu

Frankenstein – Junji Ito

Frankenstein est un recueil de Junti Ito, paru aux éditions Mangetsu, en juin 2022. Un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com