Accueil / Culture / Prime Time de Jay Martel

Prime Time de Jay Martel

Super 8 Editions présentent Prime Time, un roman à pleurer de rire de Jay Martel, entre fiction et anticipation, mais surtout une énorme farce sur la télé-réalité.

jay-martel-prime-time;JPEGL’histoire du roman :

Souriez, vous êtes filmés ! Perry Bunt aurait voulu réussir à Hollywood ; il a même failli le faire, autrefois. Proche de la quarantaine, un peu chauve, un rien bedonnant, il enseigne désormais l’art du scénario à de jeunes étudiants spectaculairement agaçants. Mais il y a Amanda. La si ravissante, si inaccessible Amanda Mundo. Un jour, n’y tenant plus, Perry décide de lui rendre une visite surprise à son soi-disant travail. Soudain, il comprend pourquoi sa beauté lui semblait légèrement « inhumaine ».
Bienvenue chez Galaxy Entertainment ! Vous ne le saviez évidemment pas, mais la Terre est depuis longtemps le théâtre de l’un des programmes de télé-réalité les plus populaires de la galaxie. Partout dans le cosmos, on se régale des mésaventures des terriens, ces êtres primitifs et arrogants qui, à force de guerres, de pollution et de décisions irrationnelles s’approchent chaque année un peu plus de l’autodestruction. Sauf que les spectateurs commencent à se lasser. L’audience est en berne, ces derniers temps. A tel point que les producteurs ont décidé d’arrêter les frais. Désireux de finir en beauté, ils nous ont concocté un dernier épisode de folie : la fin du monde, rien de moins.

Mon avis de lectrice :

Avec ce roman hilarant, on vit une expérience unique : plonger dans l’univers impitoyable de la télé-réalité. Avec un jargon issu de la télé et du divertissement, Jay Martel nous entraîne dans les coulisses des émissions télé, avec son lot de stratégie pour récupérer des parts de marché, et autres subterfuges pour ménagères de moinsde cinquante ans… Avec en sus, un suspens délirant sur fond de fin du monde orchestrée par des aliens qui en ont marre de la bêtise humaine et qui pensent que lesalut des humains viendra de la destruction sans appel de leur planète. Quelle métaphore ! On est transporté par l’humour décalé et noir de l’auteur qui utilise un langage fleuri et imagé pour mettre en scène ses personnages hors du commun. C’est un roman très actual, ancré dans les années 2010, une critique sévère de la société de consommation qui s’ennuie de sa condition humaine de pays occidentalisés accros aux nouvelles technologie et à la télé poubelle.

Dans la veine des Simpson et autres Monty Python, l’auteur à l’imagination débridée nous entraine dans une critique du genre humain avec ses faiblesses, ses addictions et ses travers, son arrogance et ses bas instincts. Tout le monde en prend pour son grade, égratignant au passage les Etat-Unis dont l’auteur dit : « un gouvernement qui assassine les gens qui assassinent des gens ». On rit à chaque page mais on réfléchit aussi beaucoup sur cette spirale infernale qui nous tire vers le bas. A mettre d’urgence entre toutes les mains… Une pure réussite.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos alissash

A lire aussi

Noël, une fin d’année féerique au Parc Zoologique de Paris

Noël au Parc Zoologique de Paris Le Parc Zoologique de Paris prévoit une fin d’année féerique pour ...

Lire les articles précédents :
A la découverte de la marche afghane

En dehors du ski, Samoëns, station-village du Grand-Massif, regorge d’activités que l’on peut pratiquer entre ...

Senseï, tome 1, L’école des loups solitaires

Senseï est un nouveau diptyque des éditions Soleil, qui débute avec ce premier tome L’école ...

Au long des rues avec La Revue Marseille

La Revue culturelle de la Ville de Marseille présente un magnifique numéro d’avril : Marseille au ...

Fermer