Accueil / Culture / Cinéma / Rencontre avec le comédien Paul Bartel

Rencontre avec le comédien Paul Bartel

A l’occasion des 31e rencontres cinématographiques de Cannes, nous avons pu rencontrer l’acteur Paul Bartel. Il faisait partie des membres du jury, aux côtés notamment de Brigitte Fossey, Jean Sorel ou Patrick Poivre d’Arvor. Même s’il reconnaît ne pas être cinéphile et regarder très peu de films, il a beaucoup apprécié cette fonction qui lui a permis de voir des films et de les juger. Certes, au départ, il ne se sentait pas très « à même de juger un film » mais il s’est vite rendu compte qu’ils avaient tous des avis différents mais complémentaires. « Un bel exercice » qu’il accepterait de renouveler volontiers si on le lui proposait.

Paul Bartel

Durant les festivals,on voit des films venus de différents pays et appartenant à des genres variés et on fait aussi de belles rencontres. A Cannes, il a ainsi pu côtoyer pendant quelques jours Patrick Poivre d’Arvor, un homme « intimidant au premier abord mais profondément touchant et talentueux ». Son « coup de cœur du festival ».

Paul Bartel n’a que 25 ans mais il a déjà plus de dix ans de carrière. Il avoue lui-même qu’il ne pensait pas « tourner autant en si peu de temps ». A 13 ans, il perd son père et, pour tenter de trouver un « remède qui puisse l’aider à accepter », il fait du théâtre. Il rencontre ensuite un agent puis tout s’enchaîne très vite. En 2010,il tourne pour le téléfilm d’Alain Tasma, Fracture. Il interprète le rôle du meilleur ami de Lakdar, ce jeune collégien, doué pour le dessin et encouragé par son professeur (Anais Demoustier), qui, voyant ses rêves s’envoler, va vivre une terrible descente aux enfers. Fracture a marqué toute une génération. Il est toujours étonné qu’on lui en parle, même plusieurs années après sa diffusion.

Au cinéma, il a tourné jusqu’à présent surtout dans des films d’auteur, des « films riches et profonds », qui  marquent les spectateurs. Parmi eux, Les géants du comédien belge Bouli Lanners. Il se souviendra toute sa vie de la projection du film à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs. A la fin, le public a applaudi pendant vingt-cinq minutes. C’était « la plus belle projection de sa vie ».  A 16 ans, il a découvert la magie du festival de Cannes.

Paul Bartel aime son métier. Etre acteur, c’est sa passion. Les paillettes et les soirées ? Très peu pour lui. Ce qu’il apprécie avant tout, c’est être sur les plateaux de tournage ou sur les planches. Bien qu’il ait très peu de contact avec les gens du métier, en quelques années, il a pu faire de très belles rencontres. Il en est une qui l’a vraiment marqué. C’est Béatrice Dalle avec qui il a tourné Punk de Jean-Stéphane Sauvaire. Depuis, il la considère un peu comme « sa deuxième maman ». Il ne tarit pas d’éloges sur cette comédienne,profondément gentille, avec laquelle il a noué une relation« précieuse ». 

Il sera en février à l’affiche d’Un ange deKoen Mortier, dont le tournage s’est déroulé en grande partie au Sénégal. Il interprète le rôle du frère de Vincent Rottiers. Outre le fait qu’ils se ressemblent physiquement , les deux acteurs ont commencé leur carrière jeunes et ont eu des parcours de vie similaires…

Quand Paul Bartel ne tourne pas, il a une vie simple, loin des artifices du cinéma. Sa famille, sa mère et son frère ne sont jamais très loin de lui. Il sont ses points de repère et lui apportent la stabilité dont il a besoin. Bien sûr, ils le suivent et respectent ses choix de comédien mais lorsqu’ils se voient, il ne parlent jamais de son métier. Pendant ces moments libres, il aime faire de la musique, jouer du piano ou de la guitare,« pour aller mieux ou pour être triste de temps en temps ».

Mais il a aussi des idées au coin de sa tête, des envies. Pourquoi ne pas passer à la réalisation ? Il avoue qu’il y pense mais il doit encore observer les autres sur les tournages, apprendre le côté technique mais aussi il doit « encore se trouver en tant qu’acteur ». Il envie les réalisateurs qui savent exactement ce qu’ils veulent. Il en a rencontré.

 Il aimerait aussi monter à nouveau sur les planches. Le théâtre lui manque un peu. Il attendqu’on lui propose des pièces avec « de beaux textes, bien écrits ».Avis aux metteurs en scène… Il trouve très séduisante l’idée d’avoir les deuxpalettes :  comédien de théâtre etacteur de cinéma et de télévision.  Sans« faire du cinéma au théâtre et en évitant d’être théâtral aucinéma ». Un exercice périlleux que des comédiens  tels que Fabrice Luchini ou Gérard Depardieu,« son maître absolu », réussissent brillamment. De belles référencespour un jeune acteur à la carrière déjà longue. Il est fort à parier que dans les prochaines années on le verra authéâtre, à la télévision, au cinéma, devant et peut-être derrière la caméra…

A propos laurence ray

A lire aussi

Le mystère Henri Pick, un film de Rémi Bezançon avec Fabrice Luchini

Le mystère Henri Pick, un film de Rémi Bezançon avec  Fabrice Luchini, Camille Cottin, Alice ...

Lire les articles précédents :
L’année où je t’ai rencontré

L'année où je t'ai rencontré est un roman de Cecelia Ahern, paru aux éditions Milady, ...

L’Homme à la tête de vis et autres histoires déjantées

L'Homme à la tête de vis et autres histoires déjantées est un recueil de Mike ...

Rolling Stones « Voodoo Lounge Uncut » : Miami 25 novembre 1994, comme si vous y étiez !

Alors qu’ils s'apprêtent à retrouver leurs fans américains avec le No Filter US Tour prévu ...

Fermer