Accueil / High-Tech / Yaiba : Ninja Gaiden Z

Yaiba : Ninja Gaiden Z

YAIBA_0522_white_rgb

Ninja Gaiden, tous les joueurs qui ont commencé sur la NES, connaissent cette franchise. A l’époque le jeu était une des références de ce type de jeux d’action. Si les premiers Ninja Gaiden sur console retro ont bien vieilli, la licence Ninja Gaiden a su évoluer au fur et à mesure des nouvelles technologies.

Réputés par leur caractère violent et sans concession, les grands frères de la version NES, que ce soit sur Playstation ou Xbox ont su tirer leur épingle du jeu.

Mais voilà que ce spin off qu’on a eu le plaisir de tester cette semaine, rajoute un élément supplémentaire a la franchise qui promettait dès la jaquette de porter Ninja Gaiden dans une toute nouvelle dimension de Fun, humour décalé, et bien sûr tripaille : Car vous l’avez sans doute déjà deviné le Z dans Yaiba : Ninja Gaiden Z , est là pour…..Zombie !

Alors non on ne va pas incarner ici Ryu Hayabusa mais plutôt Yaiba, un Ninja qui a eu maille à partir avec Ryu et que Ryu a laissé en plus que mauvais état. Converti en cyborg pour sa survie, celui-ci n’a qu’une idée en tête, se venger de Ryu. Oui mais voilà, le monde est envahi par une infestation de Zombies et ceux-là, bien que souvent stupides, vont se mettre en travers de la route de Yaiba.

Alors que les fans de la série se remettent à respirer, cet opus est tellement décalé par rapport à la franchise, que ce soit au niveau de l’humour grinçant de Yaiba, des nombreuses private jokes disséminées tout le long du jeu (Spéciale dédicace aux zombies clowns qui sortent des égouts et à qui il ne leur manque plus qu’un « Petit, tu veux un ballon ? »), ou du gameplay qu’au final, aucune hérésie ne sera faite envers les anciens titres. Au final on aurait pu mettre Yaiba dans n’importe quel autre univers, le fun aurait été identique.

D’aucuns ont déploré des soucis de positionnement de camera, mais on s’y fait rapidement pour peu qu’on se lance dans une vrai partie. Le scenario sans etre un blockbuster hollywoodien, reste quand meme présent, puis honnêtement, c’est un beat em all. On s’en fiche du scenario, on veut trucider du Zombie à grands coups de Katana et de coups de poings Bioniques.

Et en cela Yaiba fait des merveilles, le système de combo de coup est tout simplement impressionnant, un compteur est meme présent pour afficher la suite de boutons qu’on vient d’enchainer avec succès ainsi que les points de dégât que le combo a infligé. Charge au joueur ensuite de décider quel rapport difficulté de la combo/points de dégâts il va utiliser. Car meme si on va finir par claquer du bouton comme un forcené comme dans tout bon Beat ‘em All qui se respecte, la disparité des adversaires Zombies fera qu’il faudra s’adapter suivant ce qu’il y a à l’écran et pas toujours mettre des coups de Katana comme un forcené.

En effet, il y a des Zombies électriques, Chimiques,  en feu, etc.,  et la façon de les combattre va différer. Et en allant plus loin encore dans cet aspect du gameplay, les associations entre les différents éléments pourront servir Yaiba dans son grand nettoyage par le vide.

Si on ajoute à ça un graphisme qui n’est pas sans rappeler Borderlands ou tout autre jeu utilisant du Cel Shading avec le moteur Unreal Engine, que Yaiba Ninja Gaiden Z exploite à la perfection, on tient là un jeu prometteur.

166514

On laissera de côté les passages « plateforme » ou on doit glisser, sauter de tuyau en tuyau, en se balançant grâce à sa chaine sortant de son bras bionique a la « Bionic Commando » qui ressemblent plus à du QTR qu’a autre chose (il faut cliquer sur le bon bouton au bon moment pour continuer sa progression) qui est plus anecdotique qu’autre chose (d’ailleurs une chute lors de ces passages ne se traduit que par une réapparition en début de parcours sans aucune pénalité) pour se concentrer sur la richesse des possibilités de combat. (On peut démembrer la plupart des mini boss pour utiliser leurs restes comme arme, Yaiba peut ainsi utiliser des bras de Zombie comme nunchaku et autres joyeusetés)

Il y a aussi un aspect évolution car des points d’expérience sont glanés au fur et à mesure de l’avancée de Yaiba suivant vos exploits, et chaque niveau obtenu permet d’améliorer certaines des aptitudes. Ca plus les goodies cachés plus ou moins finement dans le décor et qui permettent d’augmenter la barre de vie ou la résistance de Yaiba a certains éléments ,ou bien qui dévoilent certains aspects de l’histoire, font qu’il y a forcément un potentiel de replay si on veut tout ramasser car on se rend compte à la fin d’un niveau qu’on a pas obtenu tous les tokens.

L’humour est omniprésent et n’est pas parfois sans rappeler les deconnades profondes dans Deadpool que nous avions déjà testé, meme si le coté borderline fait que, ceci s’ajoutant au caractère ultra gore du jeu, le PEGI 18 était de rigueur et imposé à juste titre.

Alors si vous avez envie d’un jeu ou vous pouvez laisser vos neurones au repos 95% du temps, tout en vous éclatant comme un malade, faites chauffer vos manettes et plongez sans concession dans Ninja Gaiden Z : On vous promet des hectolitres de sang de Zombie, de l’humour à gogo jusque dans les cinématiques et un défouloir sans nom !

A propos Agence

A lire aussi

Portrait : Anthony Bajon « Ours d’argent », meilleur acteur (Berlin)

Anthony Bajon, est né le 7 avril 1994 à Villeneuve St Georges, dans le département ...

Lire les articles précédents :
Le chasseur, premier tome de la nouvelle bande dessinée Sherlock Fox.

Parue aux éditions Glénat, le 26 mars 2014, la nouvelle bande dessinée, Sherlock Fox, débute avec ...

Claude Nougaro : Le parcours du coeur battant de Christian Laborde.

Les excellentes éditions Hors Collection proposent un ouvrage sublime sur le chanteur Claude Nougaro : ...

Les godillots, le premier tome en roman jeunesse, Le gourbi du sorcier.

Paru en février 2014, aux éditions Bamboo, le premier tome des Godillots, Le gourbi du sorcier ...

Fermer