Accueil / En Région / Alsace-Lorraine / Zac by Vivoka ou le majordome 2.0

Zac by Vivoka ou le majordome 2.0

La jeune start-up de Lorraine Vivoka, présente son nouveau produit : Zac, un hologramme sous forme de raton laveur qui contrôle la maison. Il est possible de  communiquer avec lui  en parlant grâce à LOLA, le nouveau concept d’intelligence artificielle capable de s’interfacer avec tout type de supports. Simple d’installation et d’utilisation, Zac permet de rendre son habitat intelligent sous différents aspects : confort, sécurité, économie d’énergie et maintien à domicile.

FanceNetInfos a interviewé William Simonin, cofondateur de la société Vivoka.

 Zac, ferme les volets! Zac mets de la musique!   Zac allume les lampes ! Il paraît que Zac peut tout faire. Qui est réellement  Zac ?

Zac est un hologramme qui affiche un majordome qui est capable de pouvoir tout contrôler. Il a deux particularités : la première est sa capacité à tout contrôler qui est dû à un aspect multiprotocole de la solution,  ce qui veut dire que Zac est multimarque et peut commander n’importe quel  objet. Son deuxième gros avantage est sa connectivité et la manière dont on peut communiquer avec lui grâce à son système de reconnaissance vocale. On a voulu révolutionner ce domaine-là, en disant maintenant c’est à la voix que l’on va tout faire. Donc il n’y a rien de plus simple : on arrive chez soi, on peut communiquer: « Bonjour, Zac comment vas-tu, est-ce que tu peux mettre le chauffage ? Est-ce que tu peux me réveiller demain matin à 8h00 avec telle musique ? » Il est également capable de répondre aux questions.  Nous avons vraiment voulu humaniser la solution pour qu’ il se rapproche le plus proche possible d’une personne vivante.

C’est une première en France, les produits francophones sont rarissimes dans ce domaine.. Zac parvient à connecter tous les appareils entre eux.  D’où vous est venue l’inspiration de cette création?

L’idée remonte à plus de trois ans. On avait regardé ce fameux film IronMan. On parle d’une intelligence artificielle Jarvis qui est assez connu. Le héros était capable de tout faire grâce à Jarvis qui pouvait tout  contrôler. Nous avions trouvé l’idée géniale.  En regardant sur internet, à notre grand désarroi, nous nous sommes rendu compte que nous étions à des années lumières de cela alors qu’il y avait des technologies qui nous le permettaient. Nous nous sommes dit que si personne ne l’a fait, il faut qu’on le fasse. Cela fait plus de trois ans que nous travaillons dessus.

Zac est souvent comparé aux géants Google Home et Amazone Alexa. Cette comparaison est-elle justifiée?

Oui je dirais qu’elle est justifiée. Ce sont des produits qui, à leur niveau commencent à s’adresser à la domotique. Là où il y a de grosses différences c’est tout  d’abord l’aspect multiprotocole. Nous, nous arrivons à nous adresser à tous les objets connectés car la solution  a été créée pour cela, là où Amazone et Google sont juste des enceintes connectées évoluées. Par exemple Google a une très bonne compatibilité  avec le thermostat et d’autres produits qui font partie de la maison Google. Leurs produits ne sont pas  forcément compatibles avec d’autres équipements. Zac a été créé de manière à être le plus pertinent possible dans la langue française là ou Google et Alexa n ‘ont pas  forcément cette capacité,  d’autant plus que leur système a été construit  à la base pour la  langue anglaise et après a été adapté à la langue française. Donc sur le côté dialogue en français, il y a des commandes où l’on ira beaucoup plus loin que ce qu’ils pourront faire. Il y a également le côté assistance, il y a encore une barrière avec leurs solutions, ils ne pourront pas par exemple s’adresser aux personnes âgées sur l’assistance à la personne et le maintien à domicile. 

Dans une interview accordée à Mirabelle TV, votre collègue Geoffrey Heckmann soulignait « On ne fait pas un produit juste pour faire un produit, on veut aussi apporter un plus aux personnes et si vraiment il y a un réel besoin, on veut y répondre. »  Quel est ce plus? On en apporte plusieurs. Pour celui par exemple de la problématique  du maintien à domicile et  de l’assistance à la personne. Cette problématique n’a toujours pas été résolue en France car  il y a toujours énormément de demandes pour les maisons de retraites, il n’y a pas assez de bons produits qui permettent le bon maintien  à domicile aujourd’hui. C’est via notre système d’intelligence artificielle et notre système d’apprentissage que l’on peut mettre en place des relevés d’informations, des alertes qui permettraient par exemple à Zac de regarder au quotidien  le fonctionnement d’une personne âgée. Par exemple le même chemin au  matin, cela peut être la salle de bains, les toilettes, la télé, le café…   Si  Zac note que la personne âgée va faire ce chemin plus longuement que d’habitude, il va détecter qu’il y a un problème, il va essayer d’analyser et faire remonter l’information. 

Un autre exemple : si la personne âgée va à la salle de bains et qu’au bout de 10 minutes, elle n’allume pas lumière et n’ouvre pas le robinet, Zac saura qu’ il y aura un problème et que ce  n’est pas normal, encore une fois il sera capable de remonter des alertes. Aussi, si la personne âgée a oublié d’ouvrir le frigo, Zac lui dira: « Est-ce que vous avez pensé à prendre vos médicaments? »

Il y a énormément de choses qui peuvent être faites par l’intelligence artificielle sans pour autant forcer la personne  à quitter son lieu de vie pour aller en maison de retraite. C’est vraiment notre objectif, nous sommes en train de mettre en place cette intelligence et  elle ne s’arrêtera jamais, il y aura toujours des améliorations possibles.  C’est important de mettre l’intelligence artificielle au service des personnes fragilisées et d’ailleurs cette même intelligence sera également déployée pour tout le reste, au niveau économie d’énergie, confort, etc…

Par exemple si  on demande à Zac de nous réveiller à 8h00 parce qu’il sait que l’on doit aller au travail à 9h00 à telle distance, il sera capable de nous réveiller plus tôt.  Evidemment il faut paramétrer pas mal de choses pour que Zac soit vraiment connecté à notre vie et une fois que c’est fait, le but c’est d’agréger toutes les informations possible pour optimiser au mieux la vie de tous les jours et ce n’est que l’intelligence artificielle qui peut le faire. Pour nous Zac, n’est pas une box domotique. C’est vraiment le majordome de la famille.

L’équipe Vivoka au CES 2018.  Crédit photo :Zac by Vivoka

 

Zac joue un rôle au niveau de la réduction de consommation d’énergie. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, nous nous sommes rendu compte qu’il y a  énormément de choses qu’il y avait à faire dans le domaine de l’économie d’énergie, ne serait- ce qu’au niveau du changement des habitudes. Nous avons remarqué qu’il existe des solutions qui arrivent comme nous à récupérer des informations concernant le chauffage, la lumière, ..etc mais cela ne ressort pas comme témoin des informations. Des solutions vont par exemple vous dire : « actuellement votre maison possède 750 W », le problème c’est que même si cette information est juste, elle ne parle pas forcément au grand public. Par contre si nous disons qu’au prochain trimestre, vous allez payer 200 € d’électricité, là, ce sont des chiffres qui parlent. Nous faisons toutes ces conversions c’est en cela que Zac est pertinent pour fournir du conseil.

Votre ambition est de vous ouvrir à l’international. Vous l’avez démontré par votre participation à l’incontournable Consumer Electronic Show (CES) qui a eu lieu du 9 au 12 janvier à Las Vegas. Quel a été votre parcours pour y participer ? Comment s’est déroulée la sélection ?

C’était un process qui était vraiment très long. Nous avions commencé le process depuis Mars ou Avril de l’année dernière pour postuler, se faire accepter…c’était un peu le parcours du combattant. Une fois accepté, cela a été par la suite la course contre la montre. Nous avions 4 ou 5 mois pour se préparer, préparer les supports marketing, la logistique, anticiper les potentiels rendez-vous là-bas… Cela a vraiment  été une grande première. Il fallait en parallèle trouver de bons sponsors, donc nous avons sollicité tous nos partenaires pour nous aider à mettre en œuvre ce voyage. Tout cela a pris énormément de temps mais nous sommes vraiment satisfaits du résultat. On nous avait dit que c’était le plus grand salon du monde, que les résultats seraient étonnants et que cela allait être très physique. Nous n’avons pas beaucoup dormi mais cela a été beaucoup plus ce à quoi nous nous attendions. C’était vraiment l’événement de l’année.

Quels sont vos retours, vos impressions après cette expérience?

Il n’y a eu que du positif, on a toujours quelques regrets parce que l’on peut toujours mieux faire, si l’année prochaine nous avons la chance d’exposer, on se préparera encore plus. Nous avons eu beaucoup de contacts techniques de tous les côtés. Maintenant il va falloir s’organiser pour choisir les bons partenaires parce que nous ne pourrons pas tout faire. Nous ferons aussi le nécessaire afin de  pouvoir concrétiser le plus de projets possible avec les différents partenaires. Nous avons été là-bas pour présenter Zac mais aussi pour présenter également l’intelligence artificielle qui est derrière Zac : LOLA.  Nous avons expliqué qu’il y a la  possibilité de l’intégrer dans différents objets connectés, dans différents robots, dans différentes applications. En fait, nous sommes persuadés  que d’ici quelques années, tout sera à la voix, cette technologie on la maîtrise et nous voulons donner la possibilité à tous les systèmes d’informations de pouvoir l’intégrer.

La commercialisation de l’hologramme majordome est prévue pour septembre prochain en France. Dans un marché porteur où la domotique est en pleine évolution, avec plusieurs choix, que diriez- vous à un potentiel acheteur?

Je suis partisan de la preuve par démonstration, c’est la raison pour laquelle nous avons mis en place des show-rooms, à Metz notamment et nous essayons d’en installer plusieurs autres en France. Donc je lui dirais qu’il faut venir tester le produit. On peut sortir tous les arguments que l’on veut, mais le mieux serait de vraiment tester Zac pour voir son potentiel. Il faut utiliser la solution pour comprendre la valeur ajoutée.

Quelles sont vos attentes ?

D’une manière générale, ce qui nous ferait plaisir ce serait de pouvoir lever des barrières qu’elles soient techniques,  technologiques… Nous souhaitons que Zac puisse améliorer la vie de tout le monde car c’est comme cela que nous voyons les maisons, les assistants du futur. Nous aimerions que Zac puisse être capable de répondre à tous ces besoins.

 

Distinctions de Zac by Vivoka 
-Lauréate de  Initiatives Green Tech Verte 2017
-Lauréat de la catégorie « Innovation technologique » Innovation Inspire Metz 2017

Zac, majordome holographique :
– Assistant personnel démocratisé 
– Petit raton laveur connecté 2.0 
– Intelligence artificielle intégrée
– Box Smart Home 
– 100% Made in France,
– Technologie de reconnaissance vocale LOLA 
– Pilote toute la maison

 

 

 

ZAC, raton laveur majordome

A propos Nuncia Dumorné

Actualités artistiques, culturelles, touristiques

A lire aussi

Clôture du 71e Festival de Cannes

Voilà, la 71e édition du Festival de Cannes s’est terminée samedi soir. Après douze jours ...

Lire les articles précédents :
Les rasoirs Wilkinson pour Elles

Pour mettre ses jambes en valeur et son maillot, être belle en tout point, pour ...

heroes-battista-tarantini-hugo-new-romance
Découvrez « Heroes » de Battista Tarantini

En Septembre dernier, Battista Tarantini était venue présenter en avant-première son dernier roman "Heroes" au ...

Manga/ Grimoire of zero : Bienvenue chez les sorcières !

On commence l’aventure manga « Grimoire of Zero » chez Ototo Éditions depuis le 19 Janvier 18 ! ...

Fermer