Accueil / Culture / Musique / Concerts / J’ai l’amour un brillant nouvel album de David Lafore

J’ai l’amour un brillant nouvel album de David Lafore

David Lafore, le dandy gainsbourien revient sur le devant de la scène avec la sortie le 4 septembre 2015, de son nouvel album intitulé J’ai l’amour, aux éditions Crépuscule France / La Triperie et distribué par Musicast.
david laforeDavid Lafore est un magicien à sa manière, il prend des mots tous simples et les assemble pour en faire de la poésie, avec le charme fou qui caractérise cet artiste élégant et raffiné, comme un verre de bon vin. Il ennivre avec sa voix traînante et son phrasé bien à lui, distillant goutte à goutte ses chansons parfois mélancoliques, parfois dérangées, mais toujours modelées avec soin.
Alors que sur ses deux premiers albums Cinq têtes (2005) et II (2007), David jouait sur la sobriété dans son look (il arborait un costume chic et sombre) comme dans sa musique,  sur son nouveau disque, il y a mis plus de groove, plus de pop. A l’image de la pochette pétillante de couleurs de J’ai l’amour, le son est différent avec un tempo plus franc et enlevé. Du disco dans les basses, du post-punk dans les riffs, des arrangements organiques, vrillés et percutants…
Écrit, composé, interprété et enregistré par David Lafore sous la direction artistique de Frédéric Junqua et mixé par Yann Arnaud, ce nouvel album est vif, bourré de petites perles comme seul David Lafore a le secret. Sur cet album, il a tout fait et en est fier ! Quand est venu le moment d’enregistrer un nouveau disque, David Lafore a choisi d’y aller seul. La coordination de musiciens, le processus étiré, les contraintes inhérentes à l’enregistrement en studio lui auraient fait perdre, il en était convaincu, en urgence, en substance.
C’est donc seul, dans une maison-studio de Bourgogne, qu’il a fomenté son retour. Pendant sept mois, il a travaillé ses textes, fignolé ses mélodies, enregistré, et, dans la foulée, s’est mis à la basse, batterie, piano, synthétiseurs, … Seul mais pas livré à lui-même. Il a pu compter sur son directeur artistique, Frédéric Junqua, ancien boss de Virgin France, fondateur des éditions Kitsuné, coproducteur du film de Michel Gondry «La Science des rêves» … Il a aidé David à trancher. Il a contribué à dégager la personnalité profonde des morceaux de la gangue de leur inspiration première, cette sorte de danse-pop acoustique franche et propulsive. Il lui a amené Yann Arnaud pour le mix (collaborateur de AIR, Syd Matters, Micky Green) qui, partant de la matière brute de l’artiste, a édité les pistes, tranché, affiné … pour atteindre à l’essentiel.
Dans la veine coquine et poétique à la fois de son inoubliable « 20 francs« , on retrouve des chansons inspirées aux titres courts et explicites, de «J’AI L’AMOUR» à «OISILLON», en passant par «CHOSES» «PETITE CULOTTE» ou un «ASSASSINAT». David Lafore a l’art et la manière de cultiver la ressemblance entre le sourire et la plaie ouverte, entre la décontraction et le renoncement, entre l’absurdité et la lucidité. Sa voix se fait capiteuse et moelleuse, traînante et spirituelle, légèrement lasse. Enfin, sachez que c’est Bruno Podalydès – pour lequel David a co-signé avec Ezechiel Pailhès (de Nôze) la musique originale du film Bancs publics (2009) – réalise les clips de deux de ses nouvelles chansons, «CHOSES» et «MINOU».
Retrouvez-le en tournée :
Jeudi 08 octobre – MEYTHET (74) – Festival Attention les feuilles
Samedi 10 octobre – MARSEILLE (13) – Le poste à Galène
Mercredi 14 octobre – PARIS (75) – La Maroquinerie (Concert de sortie de disque)
Mercredi 18 novembre – GRENOBLE (38) – L’Ampérage
Vendredi 20 novembre – LYON (69) – Le Toï Toï
Voir David Lafore en concert, c’est plonger dans son univers fait d’élégance et de poésie, comme flotter sur un nuage de barbapapa, sucré et poisseux… Mais délicieusement tendre…

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos alissash

A lire aussi

Debout sur le Zinc - 3 jours debout

Debout sur le Zinc, Debout pendant 3 jours

Debout sur le Zinc, alias DSLZ s’offre pour ses 20 ans un double album live, ...

Lire les articles précédents :
« Marseille mes Amours », quand le lyrique rencontre l’opérette marseillaise

L'agence Artistik en collaboration avec le Festival Septembre en Mer présentent pour la troisième édition, ...

Souleiado, quand tradition rime avec fashion

Au pays du soleil et des cigales, il est une marque emblématique qui a su ...

La légende du Roi Arthur » : 2 extraits musicaux inédits

Le 11 septembre prochain sortira dans les bacs l'album intégral du spectacle "La légende du ...

Fermer