Accueil / Culture / Musique / Concerts / Ouverture du Nice Jazz Festival

Ouverture du Nice Jazz Festival

Mardi soir le Nice Jazz Festival a ouvert ses portes avec une ambiance festive. Les Niçois et touristes présents étaient venus très nombreux pour applaudir Jamie Cullum, le parrain de cette édition, mais aussi Caravan Palace sur la scène Masséna.

Nice Jazz Festival

Dès 20h00, le public s’est réveillé avec le groupe « Too Many Zooz », véritable bonne surprise et révélation de ce Festival. Sans aucun doute, on entendra parler d’eux dans les prochains mois. Découverts dans le métro new-yorkais par le batteur des Roots (qui seront sur la scène Masséna samedi soir), les trois membres du groupe ont dégagé une énergie communicative en quelques minutes. Vêtu d’une peau de bête, le saxophoniste a sauté, dansé, entraînant le public avec lui. Leur musique furieuse, énergique, était parfaite pour donner le ton de cette soirée « Nouveau Swing ».

En deuxième partie, à 21h15, le groupe électro-jazz-swing Caravan Palace a transformé la scène Masséna en piste de danse géante. La chanteuse, entourée de ses musiciens, en tenue de collégienne, a montré une belle énergie, n’hésitant pas à se lancer dans des danses endiablées. En attendant la sortie de leur troisième album, le groupe a fait alterner leurs morceaux les plus connus avec leurs nouveaux titres, tout aussi entraînants. A la fin du concert, les spectateurs leur ont réservé une belle ovation. D’ailleurs, ils n’auraient pas refusé quelques titres supplémentaires ! Caravan Palace se souviendra de son premier passage à Nice.

Enfin, à 23h00, Jamie Cullum est monté sur scène. Habitué du Festival de Jazz de Juan Les Pins, il n’était jamais venu à Nice. Entouré d’un big band de douze cuivres, il a fait une belle impression. Parrain de cette édition niçoise, il était attendu avec impatience. Chaleureux, il s’est efforcé de parler parfois en français pour dire son bonheur d’être là. Le plus souvent au piano, il nous a livré un show comme il en a l’habitude. Son jazz, teinté de pop et de rock, a su séduire toutes les générations venues l’applaudir. Avec son nouvel album, « Interlude » dont il nous a livré de nombreux extraits, il reprend des standards du jazz mais aussi des chansons cultes. Sa reprise de « please don’t let me be misunderstood » a enchanté les spectateurs. Visiblement, le public aime Jamie Cullum, qui le lui rend bien. Tantôt debout sur son piano pour chanter, tantôt au milieu de la foule, il a montré qu’il était heureux d’être à Nice. Ce musicien qui a vendu des millions d’albums de jazz dans le monde n’est donc pas seulement talentueux, il est aussi généreux avec son public. C’est plutôt une qualité rare !

Ce soir, place à la soirée « Jungle Fever » avec la révélation de ces derniers mois, Benjamin Clementine mais surtout Asaf Avidan, que l’on ne présente plus. Une belle affiche en perspective.

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos laurence ray

A lire aussi

Le voyage extraordinaire, le cinquième tome

Noémie, Emilien, Térence, Capote et les autres continuent leur aventure incroyable dans le cinquième tome ...

Lire les articles précédents :
Asaf Avidan enflamme le Nice Jazz Festival

Ce deuxième jour au Nice Jazz Festival portait bien son nom : "Jungle Fever". Sur ...

Djeco une histoire de famille et de jeux depuis 60 ans !

Pour ses 60 ans, Djeco, entreprise familiale transmise de mère en fils, audacieuse, créative et ...

Alexis Vuillermoz vainqueur au Mûr de Bretagne

Alexis Vuillermoz a remporté la 8ème étape du Tour de France dont l'arrivée était jugée au ...

Fermer