Campus : Esprits Démoniaques chez Les Humanoïdes Associés

Après de longues années d’amitié inébranlable, Wyatt rejoint le « Campus » universitaire de Darwin State, où son meilleur ami a déjà été intégré. C’est le début d’une colocation fraternelle que les deux amis attendaient depuis longtemps. Mais, tandis que Wyatt se consacre corps et âme aux études, il constate un changement dans l’attitude de Jake. Serait-ce depuis qu’il a intégré une des plus prestigieuses fraternités du campus ??? 

Un thriller/fantastique en one shot, disponible à partir du 19 Janvier 22 aux Éditions Les Humanoïdes Associés.

campus_couv.jpg
Campus © Éditions Les Humanoïdes Associés
  • Le décor :

La nuit, un appartement où se déroule un culte satanique …

Un homme nu se prosterne, implore une divinité. Il dessine sur le sol et sur son corps, des signes avec du sang, appelant « Antaura ». Mais, il est vite coupé dans son « élan » par la voisine qui se plaint du bruit !!!!

Le jour. Même quartier …

L’heure est venue pour Jake de déménager avec ses parents. Un moment difficile, pour celui qui quitte son quartier, sa maison, ses habitudes. Mais, surtout, son meilleur ami Wyatt. Ils décident de sceller leur amitié éternelle par un pacte de sang, pour que, malgré la distance, rien ne change dans leur relation. Après les pleurs, une surprise attend Wyatt dans sa chambre. Un ordinateur, qu’il pourra utiliser pour des « FaceTime » avec son ami à distance.

Le temps passe, rythmé par l’école, les premiers émois, le sport … Puis, l’arrivée de l’adolescence et des études supérieures. Après toutes ces années, Wyatt est enfin prêt à retrouver son meilleur pote, car il est admis dans la même université que lui !!! L’excitation est à son comble lors des retrouvailles, pour une colocation qu’ils attendaient tous deux avec impatience ! 

Mais, il faudra consommer cette joie plus tard. Repas de famille oblige pour Jake. Wyatt profite de la soirée pour déballer ses cartons, où une photo de famille lui rappelle l’accident qui a eu raison de sa mère et son frère.  Pour se distraire, il jette un œil par la fenêtre. Et quelle n’est pas sa stupéfaction ! Dans le jardin du campus, un être à tête de lapin est en train de creuser la tombe d’un crapaud qu’il fait exploser entre ses doigts ….

campus_planche.jpg
Campus © Éditions Les Humanoïdes Associés
  • Le point sur le comics :

Quelle jolie couverture pour ce « Campus » aux Éditions les Humanoïdes Associés ! Avec ce lapin aux formes avantageuses, qui nous fait vaguement penser à un magazine des années 50 !!! Mais, détrompez vous ! Jon Ellis ne fait pas dans la dentelle avec son scénario exploitant les forces démoniaques. On a droit à toute la panoplie : du sang, des sacrifices, et des étudiants complètement sous emprise. A l’ouest rien de nouveau me direz vous, et pourtant, l’histoire d’amitié de ces deux jeunes garçons en fond de trame fait le job. On tourne autour de la confiance, des relations humaines et des promesses enfantines qui traversent les âges, sans être entachées par le pouvoir, ou l’attrait de la popularité. 

De leur côté, Hugo Petrus, et Lee Loughridge donnent un côté « fifties style » au comics. Des couleurs qui vous chatouille les rétines, et cette couv hypnotisante ! On ressent la maîtrise dans les illustrations, les détails, et les expressions des visages sont plus que réalistes.

campus_extrait.jpg
Campus © Éditions Les Humanoïdes Associés
  • La conclusion :

Un one shot thriller fantastique qui sent bon les fifties avec ses couleurs et son chara design original. Campus chez Les Humanoïdes Associés nous propulse dans une histoire de possession démoniaque, gore sans être trop effrayant. Sentimental sans être trop mièvre. Une lecture qui glisse doucement dans le gosier avec son intrigue, l’évolution des persos au fil du temps, et cette amitié indéfectiblement salvatrice. 

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

Les Archives James Bond 007 : Une plongée dans la saga de l’agent secret le plus populaire de l’histoire du cinéma..

Dr No (1962) jusqu’à Mourir peut attendre (2021), sans oublier le parodique Casino Royale (1967) …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com