Delphine Jubillar : Son corps retrouvé grâce à l’archéologie forensique ?

L’archéologie forensique au service de la police scientifique

Voilà plus d’un an que cette jeune infirmière a disparu, laissant dans le doute toute une famille, deux enfants, et peut-être son ancien mari ! Delphine Jubillar n’a plus donné signe de vie, depuis le 15 décembre 2020, il n’y a qu’un pas pour penser que son corps retrouvé grâce à l’archéologie forensique, pourrait faire date dans les grandes histoires criminelles de notre pays !

Depuis quelques jours, la police scientifique a révélé, que des enquêteurs de la gendarmerie (section de recherches), investissent la région où pourrait se trouver des indices, de la disparition de Delphine Jubillar. Jusqu’à présent, Cédric son mari, n’a pas avoué avoir commis un homicide, et les policiers sont obligés d’employer de nouvelles méthodes d’investigations, pour mettre à jour, d’autres pistes, susceptibles de donner une réponse, sur cette très mystérieuse disparition.

L’archéologie forensique : Une méthode qui a fait ses preuves !

Sur l’intitulé du Ministère de la Défense, on peut trouver ces quelques lignes :

L’archéologie forensique…
Fouiller une sépulture, qu’elle remonte à la nuit des temps ou à quelques semaines, requiert un véritable savoir-faire : il faut en déterminer les contours, le contenu, identifier les ossements, les indices minuscules qui permettront de dater l’ensemble et de reconstituer toute une chaîne d’actions. En France, la gendarmerie est organisée depuis longtemps pour faire face aux cas de corps enfouis illégalement et dispose d’un service spécial, composé d’archéologues, qui investit les scènes de crime.

Zone d’investigation par la gendarmerie

Le sujet est vaste, la technique de prospection judiciaire est complexe. Dans le cadre de l’affaire “Jubillar”, les vastes fouilles ont repris depuis ce mardi 18 janvier, à Cagnac-les-Mines. Officiellement les fouilles concernent un périmètre de 1 kilomètre environ autour de la maison du couple, mais pour travailler plus tranquillement, les enquêteurs peuvent sonder un territoire bien plus large, en toute discrétion (loin des médias).

La ferme brûlée de Drignac, au coeur des interrogations ? 

Drignac : Un arrêté municipal interdit la circulation et le stationnement autour de la fameuse ferme située sur la commune de Cagnac-les-Mines. Des militaires d’un escadron de gendarmerie, peuvent explorer une zone large de plusieurs kilomètres, jusqu’au 17 février. L’unité des Fouilles Opérationnelles Spécialisées (FOS), une unité du 17ème régiment du génie parachutiste de Montauban, est mobilisée sur ce territoire du Tarn.

En quoi consiste l’archéologie forensique ?

Tout d’abord, on associe cette science à l’analyse des recherches dans une multitude de domaine. Pour l’affaire “Jubillar”, c’est dans le cadre d’investigation sur le terrain. Avec les militaires, le sol sera sondé par un quadrillage minutieux, les parties fouillées seront analysées (pour retrouver des indices, tel que du sang en autre). La crisminalistique qui va s’écouler de l’ensemble des techniques, aura pour objet d’établir la preuve d’un délit ou d’un crime et en identifier son auteur.

La ferme de Drignac, une fausse piste ?

L’exploitation agricole a brûlé en avril 2021, précisément le 15 avril, l’assurance a demandé une enquête, afin d’en connaître les causes. À noter que Cédric Jubillar n’était pas en prison, puisqu’il est entré à la maison pénitentiaire le 18 juin de cette même année. Pourquoi la ferme est au coeur des interrogations ?

Un de ses co-détenu mis sous la confidence, aurait averti le système pénitentiaire de révélations : “Faux” explique les avocats Maîtres Alary, Me Emmanuelle Franck, Maître Martin…“Notre client n’a droit à aucun parloir, son isolation l’empêche de soi-disant parler” exprime le trio d’avocats.

Et si Cédric Jubillar était innocent ?

Dans cette affaire, le principal suspect n’a rien révélé et aucune indication dans un quelconque aveu. Pour l’heure, dans l’affaire de la disparition de Delphine Jubillar d’autres pistes sont analysées, dont l’enlèvement le soir de sa disparition. Delphine sa compagne n’a pas eu aussi des secrets bien gardés, révélateurs d’aveux avérés.

Eric Fontaine

 

A lire aussi

Aquarica T2 : La baleine Géante aux Éditions Rue de Sèvres 

Après avoir vu s’échouer un étrange crustacé contenant une jeune fille : Aquarica, venant d’un …

Un commentaire

  1. raymonde briosne

    il serait bon qu’il avoue, il faut le laisser en prison, cette jolie femme et maman a qui l eur mere manque, evident, surtout pour louis qui a assisté a son age à des differents, pauvre petit, il est marqué a vie meme s”il est
    pour l’instant dans la famille, mais apres que vont ils devenir avec un pere tolard et assassin et drogié, pôurvu qu’il ne les tuent pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com