Accueil / Culture / Cinéma / Festival de Cannes J1 sous le soleil.

Festival de Cannes J1 sous le soleil.

Dès le matin, à la conférence de presse, les membres du jury affichaient leur bonheur d’être à Cannes. Tous ont insisté sur leur envie de voir des films qui les surprennent, dans une sélection composée d’auteurs déjà palmés mais aussi de jeunes réalisateurs. Jane Campion a rappelé combien la vision personnelle d’un cinéaste sur le monde était importante. Quant à Gael Garcia Bernal, il a ajouté dans une touche d’humour, alors qu’on lui demandait ce que représentait pour lui la fonction de membre du jury, qu’il voyait ça comme un « jeu ». Il faut avouer qu’il n’a pas tout à fait tort. Le festival doit avant tout accorder une place essentielle au plaisir du spectateur. Espérons que les huit membres du jury éprouveront de grands moments d’émotion pendant tout ce festival !

Un peu plus tard dans la soirée, après la cérémonie d’ouverture brillamment présentée par Lambert Wilson, les festivaliers ont pu assister à la projection du film d’Olivier Dahan tant attendu, Grace de Monaco. Depuis quelques jours, on ne parlait que de la « polémique » au détriment du film en lui-même. En effet, la famille princière est en complet désaccord avec le réalisateur, regrettant que les erreurs historiques soient si nombreuses et que Grace Kelly et le prince Rainier ne soient pas toujours montrés sous leur meilleur jour. Le film se situe pendant quelques mois en 1962. La princesse Grace n’a pas encore toute sa place dans le coeur des Monégasques. Elle hésite à tourner Pas de printemps pour Marnie que lui propose Alfred Hitchock. Pendant ce temps, De Gaulle demande à ce que les Monégasques paient leurs impôts en France, menaçant de faire un blocus si sa volonté n’est pas respectée.  Grace Kelly se trouve alors tiraillée entre son métier d’actrice et son rôle d’épouse, de mère et de princesse.

grace de monaco
Olivier Dahan, Grace de Monaco

Le film débute avec la phrase suivante : « ce film est une fiction s’inspirant de faits réels ». Nous l’avions bien compris. Olivier Dahan étire sur plusieurs mois un épisode politique qui n’a duré que quelques semaines.  Il prête à Grace Kelly un rôle de « médiatrice » qu’elle n’a pas joué, sur fond de conflit familial.

La première partie du film montre une Grace Kelly qui semble s’ennuyer à Monaco, qui peine à trouver sa place, face à Rainier pas toujours tendre avec elle. Dans la deuxième partie, elle s’empare de son rôle de princesse, s’efforçant d’apaiser le mieux possible le conflit avec la France. Le point d’orgue est la scène du bal de la Croix Rouge où elle exprime tout son amour pour son époux, Monaco, l’amour en général.

Certes, le film se regarde agréablement, Nicole Kidman est très belle, les décors sont beaux. Mais tout cela est-il suffisant pour faire un beau film ?

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos laurence ray

A lire aussi

Pause Café : de la Saint-Valentin Jusqu’à la garde

C’est mardi et c’est la news introspective qui va animer votre Pause café. Celle qui vous ...

Un commentaire

  1. Ce film sur Grace Kelly fait penser finalement à l’histoire du Prince Albert et la princesse Charlene. N’y a t-il pas une volonté cachée de mélanger des situations de vie évoquées pour le père et pour le fils, étrange ?

Lire les articles précédents :
Qui veut le cœur d’Artie Show ? un roman jeunesse d’Emmanuel Trédez.

Paru aux éditions Nathan, le 10 avril 2014, le roman jeunesse Qui veut le cœur d’Artie Show ? ...

Le coffret des pouvoirs magiques des Pentacles de l’Abbé Julio

Les éditions Trajectoire nous font découvrir le tout nouveau coffret des pouvoirs magiques des Pentacles ...

L’Equipe Europcar en stage

A quelques semaines du départ du Tour de France et alors que le leader de ...

Fermer