english literature paper 1 creative writing need a business plan written best custom writing discounts mfa creative writing ivy league written communication coursework crime and punishment ks2 homework help

La Maison du Loup de Benoît Solès a ouvert la nouvelle saison du théâtre Anthéa d’Antibes

Le théâtre Anthéa d’Antibes vient d’ouvrir sa nouvelle saison avec La maison du loup, la nouvelle création de Benoît Solès. Après le Festival Off d’Avignon et avant Paris, la pièce a été présentée au public d’Anthéa, pour une unique représentation.

Quand Jack London en mal d’inspiration rencontre un ancien détenu déterminé dans son combat

Après le succès de La Machine de Turing, récompensé de quatre Molière, Benoît Solès était attendu au tournant. Cette fois, il s’est inspiré de la vie et de l’œuvre de l’écrivain Jack London. L’idée lui est venue pendant le confinement. «  Alors que nous étions tous enfermés, j’ai ressenti un désir d’évasion » explique-t-il. C’est en relisant le célèbre auteur américain et plus particulièrement son chef d’œuvre Martin Eden, qu’il a découvert l’existence de son dernier livre, Le Vagabond des Etoiles. Ce roman relate l’histoire d’un prisonnier qui se retrouve « confiné à l’isolement » dans une cellule minuscule. Pour échapper à la torture de la camisole de force, son voisin de cellule, en communiquant en morse, lui enseigne une technique d’autohypnose lui permettant de « quitter son corps » pour entreprendre un véritable voyage mental. En s’intéressant à ce prisonnier, Benoît Solès a découvert qu’il avait réellement existé et qu’il avait directement inspiré Jack London. A partir de là, l’imagination de l’auteur de La machine de Turing s’est mise en route et il a eu l’idée d’écrire la rencontre entre Jack London, son épouse Charmian et Ed Morrel.

La Maison du Loup est la propriété dans laquelle s’est retiré Jack London avec sa femme Charmian. Il a vieilli, a perdu ses illusions et son inspiration et il est devenu alcoolique. Charmian ne le reconnaît plus et, dans l’espoir de raviver son inspiration, elle lui présente un certain Ed Morrel, un repris de justice, boiteux, qui a écrit dans un journal un article à propos de la prochaine condamnation à mort d’un de ses anciens codétenus. L’homme a accepté de venir chez Jack London dans l’unique espoir qu’il parvienne à éviter cette condamnation à mort.

Une comédienne et des comédiens formidables

Le texte de Benoît Solès est admirablement servi par la mise en scène de Tristan Petitgirard, et la scénographie de Juliette Azzopardi.  Pendant une heure et demie, les trois personnages vont débattre, s’opposer, se disputer, s’apprivoiser devant cette maison du loup qui porte décidément bien son nom. Les deux hommes sont incarnés par le duo de la Machine de Turing.  Amaury de Crayencour est un Jack London alcoolique, qui semble blasé de tout mais qui a toujours soif de reconnaissance et d’argent.  Quant à Benoît Solès, il interprète Ed Morrel, broyé par la vie, au sens propre comme au figuré, mais déterminé. Anne Plantey incarne Charmian, l’épouse de Jack London, lasse mais toujours amoureuse de lui et prête à tout pour qu’il retrouve ses idéaux. Tous les trois sont formidables de justesse. Chaque personnage cache une fêlure, un drame qui l’a changé. Mais le noir n’est jamais très loin de la lumière. Charmian, Jack et Ed, comme tous les êtres humains, évoluent entre chien et loup, à l’image de cette heure où le jour se finit et où la nuit commence, durant laquelle se déroule presque toute l’intrigue de la pièce.

Benoît Solès aborde des sujets forts

Avec cette nouvelle pièce, Benoît Solès aborde plusieurs thèmes, qui toucheront de façon différente chacun des spectateurs. Bien sûr, il est question de la peine de mort et de la difficulté à créer quand on est un artiste. Mais la pièce évoque aussi la place des femmes dans la société, l’addiction à l’alcool, la nature, l’univers carcéral et ses violences. L’émotion surgit souvent quand on ne s’y attend pas et certaines scènes, magnifiques et intenses, nous touchent en plein cœur. En imaginant la rencontre entre ces trois êtres cabossés par la vie, Benoît Solès réussit une pièce magistrale. On lui souhaite un long succès, amplement mérité.

A propos laurence ray

A lire aussi

petits-secrets-grandes-histoires-corsaires-petit-à-petit

Petits secrets & grandes histoires de corsaires

Petits secrets & grandes histoires de corsaires est une bande dessinée des éditions Petit à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com