Accueil / Agenda / « Les petites mains » de Rémi Allier en lice pour le César du meilleur court-métrage

« Les petites mains » de Rémi Allier en lice pour le César du meilleur court-métrage

Vendredi soir, Rémi Allier, jeune réalisateur de trente ans, va peut-être voir son rêve de gosse se réaliser. En effet, son film, Les petites mains, est nommé dans la catégorie du César du meilleur court-métrage.

Les petites mains a déjà été présenté et primé dans de très nombreux festivals. Il suit le point de vue de Leo, un bébé d’un an et demie, le fils du directeur  d’une usine sur le point de fermer. Bruno, un ouvrier plus radical, pris par l’angoisse de voir sa vie détruite en perdant son travail, enlève l’enfant afin de négocier… Le film nous plonge dans cette violence incompréhensible pour lui.

Rémi Allier avait envie de filmer un bébé depuis longtemps. Lorsqu’il avait émis cette idée devant ses professeurs de l’école de cinéma qu’il fréquentait en Belgique (L’IAD), on lui avait dit que ce serait une entreprise très compliquée.  Pourtant, le jeune homme a tenu bon. Dans son film de fin d’études, il montre un enfant de huit ans. Dans le cadre de son mémoire sur la direction d’acteurs avec les enfants, il rencontre alors Jacques Doillon qui lui parle longuement de son travail et de son envie de faire également un film sur un bébé.  C’est le lendemain de sa soutenance que le point de départ de son film lui est venu : l’enlèvement d’un enfant à sa mère.  Il avait aussi le souhait d’ancrer son court-métrage dans la réalité, en mettant l’accent sur les luttes sociales. Comment un homme, acculé par la peur de perdre son emploi  peut-il être amené à agir de manière extrême et irraisonnée en enlevant un bébé ? La violence du monde des adultes pénètre de force dans l’innocence de l’enfance. Et peut-être inversement… Le bébé, avec sa candeur, parvient à faire vaciller les évidences de Bruno.

Mener à bien un tel projet n’a pas été facile. Le casting a été long pour Les petites mains : Rémi Allier a vu une centaine d’enfants. C’est le petit Emile que l’on voit essentiellement à l’écran. Même si tout était préparé et précis dans l’esprit du réalisateur, il a fallu faire preuve de ruses et de stratagèmes pour obtenir les réactions et les gestes « attendus » du bébé. Le résultat à l’écran est d’autant plus saisissant qu’il trouve un écho fort dans l’actualité de ces dernières semaines.

Qu’il obtienne ou non le César, Rémi Allier ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il est en train d’écrire son premier long métrage qui parlera…d’un enfant. Évidemment.

 

A propos laurence ray

A lire aussi

Kosh au Festival Off d’Avignon du 5 au 28 juillet 2019

Kosh au Festival Off d’Avignon – Performer inclassable, virtuose de la beatbox, conteur bourré d’humour ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Nils, tome 3, L’arbre de vie

Voici le troisième et dernier tome de Nils, L’arbre de vie, qui vient conclure cette ...

Une seconde chance, le troisième tome de la série Les chroniques de St Mary

Le troisième tome de la série Les Chroniques de St Mary, intitulé Une seconde chance ...

Boite à questions – Animaux

Une nouvelle boite à questions est à retrouver aux éditions Gründ, parue en octobre 2018. ...

Fermer