creative writing prompts for self discovery creative writing o level masters of creative writing sydney university research paper webquest from suny online writing center national bird creative writing dissertation writing and editing services bowling green state university creative writing mfa do you need homework in order to learn

Todd Haynes ouvre la compétition au Festival de Cannes

Todd Haynes a ouvert la compétition officielle avec la présentation de Wonderstruck, un film qui relate le parcours de deux enfants à plusieurs années d’intervalles.

On suit une jeune fille sourde et muette en 1927. Elle est délaissée par sa mère actrice (Julianne Moore) et vit avec son père autoritaire. Un jour, lassée, et désireuse de revoir sa mère qui lui manque, elle part seule déambuler dans les rues de New York. Elle va se retrouver dans le musée d’histoire naturelle où travaille son frère, fascinée par ces salles et ce cabinet des curiosités. La partie consacrée à la petite fille est filmée dans un sublime noir et blanc. La musqiue est très présente. En 1977, un jeune garçon, qui a perdu sa mère (Michelle Williams), devient subitement sourd à cause de la foudre. Il a très envie de connaître son père qu’il n’a jamais vu et part pour New York à sa recherche. Lui aussi va déambuler dans les rues de la ville, et la musique choisie cette fois sera différente.

On comprend que ces deux enfants appartenant pourtant à deux époques différentes ont des vies parallèles et sans doute un lien bien plus fort. La révélation viendra à la fin, dans une scène pleine d’émotion. Ce film, qui marque la quatrième collaboration de Todd Haynes avec Julianne Moore, est un très bel hommage au cinéma et explore tous les langages : le muet, le noir et blanc, la couleur, la musique. Il est adapté d’un roman de Brian Selznick, qui a a participé également à l’écriture du scénario. Wonderstruck est aussi une déclaration d’amour à New York, filmée merveilleusement bien. C’est à travers les yeux des enfants qu’on la découvre. Les trois sont excellents : la petite fille, le jeune garçon et l’ami qu’il se fait dans le musée. Mention spéciale à la jeune Millicent Simmonds, au visage expressif et chargé d’émotion. Le film a reçu un très bel accueil. Espérons qu’il ait également charmé les membres du jury.

Le deuxième film était celui du Russe Andrei Zviagintsev, Faute d’amour. Il nous plonge dans les méandres de la famille, avec un couple en pleine séparation, dont l’enfant disparaît.

Enfin, la sélection Un Certain Regard s’est offert une très belle ouverture avec Barbara de et avec Mathieu Amalric. Jeanne Balibar incarne une actrice devant interpréter la chanteuse.

Suivez le festival de Cannes avec France Net Infos

Le 2 ème Jour en images

[nggallery id=355]

A propos laurence ray

A lire aussi

Festival de Cannes J11 : Nitram, Les Intranquilles et Vortex de Gaspar Noé en séance spéciale

Ce dernier jour de la compétition a été marqué par la projection de films abordant …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com