exeter university creative writing masters dissertation help nottingham how to cancel chegg homework help mfa creative writing harvard can i write in this essay

We only find them when they’re dead – Tome 1 chez Hi comics

Malgré une dure concurrence en sortie “space opera”, Hi Comics se met à la page avec We only find them when they’re dead !! Et quelle surprise ! On y suit plusieurs vaisseaux« nécropsiques » et leurs équipes, chargés de trouver, à travers le vide intersidéral, les corps de dieux totalement morts. Une denrée plutôt rare, en cette année 2367, où ceci est la seule ressource encore utilisable !!

Mais, un des capitaines aimerait voir plus loin. Sortir du système. Trouver des Dieux encore vivants pour étancher sa soif de savoir !!!

Le premier tome d’un comics disponible depuis le 7 Juillet 21 intitulé : le voyageur, qui va vous scotcher les mirettes !

we_only_find_couv
We only find them when they’re dead © Hi Comics

 

  • Le décor :

« Il est midi et tout va bien… »

2323, Le Vihaan, un vaisseau nécropsique. A son bord, Georges, cinq ans, s’aprête à voir un dieu, flottant dans ce vide intersidéral, pour la première fois de sa vie. Tandis que sa mère lui explique que les ressources ont toutes été épuisées depuis longtemps, et que ce nouveau mode de vie est arrivé, il découvre avec déception, le corps d’un dieu inerte …

2367, Le Vihaan II. Georges a bien grandi. Comme l’avait prévu sa mère, il est à présent, le capitaine de son propre vaisseau nécropsique. Son équipage compte quatre membres d’équipages : La thanato, celle qui gère la lame de découpe. L’intendante et l’ingénieur de bord. Et, à la manière de son père et de son grand-père, maintenant c’est lui qui trouve des Dieux.

 « On n’oublie jamais la première fois que l’on voit un Dieu. Leur ampleur impossible. Leur immensité absolue.Leur incommensurable beauté. Les Dieux sont toujours magnifiques. Les Dieux sont toujours morts »

C’est parti pour le boulot, les découpes commencent, jusqu’a ce que d’autres « vautours » débarquent sur le secteur pour avoir leur part du « gâteau ». Ils prennent la meilleure et tente de “s’escaper” rapido. Mais, même au plus profond de l’univers, tout est sous contrôle grâce aux vaisseaux d’escortes. Avant même d’atteindre la distorsion, ils sont éliminés …

L’équipage du Vihaan II continue sa récolte comme s’il ne s’était rien passé, même si Georges est lassé de cette surveillance permanente des autorités, et n’aspire qu’à une chose : s’émanciper du système, trouver un Dieu vivant et découvrir toutes leurs vérités, peu importe les dangers …

We_only_find_planches
We only find them when they’re dead © Hi Comics

Le pitch assez inhabituel d’Al Ewing, avec cette dualité entre humains et Dieux, attise la curiosité dès les premières pages. We only find them when they’re dead confronte le lecteur, dans son récit, à une immensité : divine, sidérale où l’humanité a tellement pourri tout ce qu’elle avait, qu’elle est forcée de se servir d’êtres supérieurs pour survivre : É-N-O-R-M-I-S-S-I-M-E  et un peu WTF à la fois !! Et pourtant, le lecteur se laisse balader du début jusqu’à la fin, obsédé, comme son personnage principal le capitaine G.Malik, par l’idée de se défaire d’un système “carcan”. Et, de pouvoir trouver un Dieu vivant a qui poser toutes les questions existentielles ! En parallèle, une sombre histoire de famille pointe son nez, et rajoute à cet univers déjà bien particulier. 

Pour pallier au froid, à la noirceur du sujet et du vide spatial, Mariasara Miotti parsème les planches de couleurs flashy très eighties. Au départ, ça décolle un peu les rétines mais on s’habitue, surtout avec les illustrations de Simone Di Meo qui attirent sur elles tous les regards !!! 

We_only_find_extrait
We only find them when they’re dead © Hi Comics
  • La conclusion :

We only find them when they’re dead est ce qu’on peut appeler un space opéra hors compétition. Un style d’aventure spatiale aux Éditions Hi Comics, qui renverse tous les codes sci-fi. De part son sujet « décalé », un tantinet horrifique avec cette « théophagie » engendrée par la « faim » de l’humanité. Mais surtout, le résultat d’un rêve d’enfant dont les yeux émerveillés, tournés vers l’espace. Le temps. La famille. Et l’obsession d’avoir des réponses sur la vie, a imaginé quelque chose d’incroyable !! Un comics réflexif et décalé !!

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

les-devinettes-petit-renard-savane-larousse

Les devinettes de Petit Renard – Deux nouveaux titres à découvrir

Les devinettes de Petit Renard est une collection des éditions Larousse, qui présente deux nouveaux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com