Covid et travail

Pour l’écriture de cet article, plusieurs employés ont été interrogés sur leurs nouvelles conditions de travail.

Nos rapports aux autres et la distanciation sociale

Depuis les gestes barrières et les distanciations sociales, nous connaissons désormais de notre entourage qu’une partie de leurs expressions. Le masque a créé une difficulté supplémentaire sur l’interprétation de notre communication non-verbale. Cette nouvelle perte de repères nous isole de nos rapports avec nos semblables et peut générer des incompréhensions.

Au final, il s’agit là d’une perte du langage du corps. Ce corps, qui, depuis la propagation du virus a été à la fois cloitré et au repos.

En effet, le confinement nous a aussi permis de ralentir notre rythme de vie, de redécouvrir notre environnement ainsi que des moments privilégiés avec nos proches. Cependant, il a aussi bouleversé nos rapports aux autres. Il nous a parfois coupé de notre entourage, empêchant les repas entre amis et les visites des membres de notre famille. Nos activités extérieures doivent désormais être justifiées en prouvant notre bonne santé.

Le travail et sa dématérialisation

La sphère professionnelle

Le télétravail a bousculé nos habitudes. Le travail est par son essence basé sur une collaboration. Il est ainsi pour la plupart d’entre nous un endroit de communication qui est consolidé sur la réciprocité et le dialogue. Or, depuis le confinement et la dématérialisation du travail, il est devenu un lieu personnel et individuel. La numérisation devient la norme de nos échanges. Une réunion est dorénavant précisée si elle organisée en présentielle ou non.

La plupart des employés évoquent un certain mal être provoqué par une sensation d’isolement ainsi qu’un manque de soutien et de moyens déployés par l’entreprise pour effectuer une transition entre travail à distance et travail en présentiel.

De même, depuis le télétravail, la séparation entre le temps de travail et le temps privé paraissent plus flous et la tentation de prolonger les heures de travail est plus facilement acceptable. En outre, les salariés en télétravail se sentent abandonnés par leur hiérarchie car la communication indirecte demande souvent un délai de réponse plus lent avec leur supérieur ou le service des ressources humaines.

La sphère privée

Certes, la démocratisation de la dématérialisation des réunions de travail dégage du temps pour d’autres préoccupations, notamment familiales.

Le télétravail a pu être pratique pour certains ménages, pour la garde d’enfants par exemple, mais cette situation, bien qu’égalitaire en terme de moyens, rencontre un problème d’équité. En effet, nous ne disposons pas tous de la même installation pour créer notre bureau à domicile : pièce étroite, endroit bruyant ; connexion ralentie, sollicitations multiples et distractions tentantes.

Cependant, ce nouveau quotidien apporte des avantages financiers par la diminution du temps de déplacement et un aménagement du temps de travail ainsi qu’une revalorisation des responsabilités avec plus d’autonomie.

De même, la garde d’enfants a réparti le temps de certains parents entre le télétravail et le téléclasse. Pourtant, malgré les outils mis à disposition par le ministère de l’éducation nationale, l’école à la maison a été difficile. En effet, la pédagogie n’est pas innée.

 Bien que, pour certaines familles, notamment recomposées, cette situation a été un déchirement dont les facetimes réguliers ont atténué cet éloignement.

La cohabitation de notre univers personnel et professionnel et ses déviances

Il y a des aspects positifs au confinement ainsi qu’au télétravail. Cette période a pu être perçu comme des vacances inattendues : loin du bureau, des transport en commun, des gens…

Ainsi, l’isolement peut être salvateur et être synonyme de repos.

Cependant, l’Homme est un animal social selon Aristote et l’exclusion peut être aussi perçue comme une punition.

En effet, d’après le livre « petit deuil en entreprise » par Jacques-Antoine Malerewicz, l’auteur raconte une situation où l’un des employés a été mis « au placard », ce qui signifie que sa direction l’a isolé. Le bureau de cet employé a été déplacé et ses principales missions ont été réduites de façons drastiques.

La solitude ressentie par ce salarié est utilisée comme un outil de pression psychologique.

En outre, l’invitation du travail à notre domicile nous enclin à moins séparé sa sphère privée avec son activité professionnelle. On invoque souvent le droit à la déconnexion mais la pression hiérarchique et le besoin de réactivité nous culpabilise à l’utiliser.

Le monde depuis le coronavirus

La crise du coronavirus a été un véritable bouleversement et il nous a amené à réfléchir sur le monde d’après.

Il est frappant de s’apercevoir que certains gestes de socialisation soient devenus rares voir inexistants.

Il est maintenant nostalgique de repenser aux embrassades et aux accolades.

Ces scènes de vie présentent lors de visionnage d’anciens films ou séries nous apparaissent désormais comme un sentiment de liberté et de nostalgie qui s’empare de nous devant ces gestes banales.

Le temps s’allonge, notre zone géographique se rétrécie, le travail à domicile nous offre aussi la possibilité de redécouvrir notre quartier : trouver un chemin jamais emprunté, marcher sur de nouveaux sentiers environnant, découvrir une nouvelle boutique …

De nouveaux dispositifs de soutien voient le jour depuis le déploiement massif du télétravail comme un remboursement intégral de la part des mutuelles pour une consultation auprès d’un psychologue ou bien une formation managériale déployée pour savoir gérer la relation avec son équipe à distance.

Vers une évolution du monde du travail soutenue à l’échelle nationale

Suite à la pandémie, la structure du monde du travail a été métamorphosée. Le télétravail est devenu la norme à appliquer lorsque le secteur s’y prête. Et pour cela, le gouvernement a dirigé et orienté les entreprises dans ce changement.

Par exemple, il a réalisé un document permettant de guider les entreprises dans de bonnes pratiques afin de proposer le télétravail à ses employés et cela avec l’aide de l’ANACT (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail).

Sur le site de cette dernière, de nombreux supports sont téléchargeables et proposent quelques consignes simples pour organiser le télétravail.

***

Bien que la France ait été en retard sur le sujet, la pandémie a fait prendre un virage progressif à notre façon de travailler et de conjuguer notre vie personnelle et professionnelle par l’arrivée massive du télétravail.

Nous pouvons faire un parallèle avec l’arrivée des ordinateurs ayant remplacé les machines à écrire, le courrier par l’e-mail, le téléphone fixe professionnel par le téléphone portable professionnel.

Cette évolution va de paire avec la rapidité avec laquelle notre société s’adapte avec le changement qu’elle côtoie.

 

Merci à F.J pour sa contribution et aux autres qui se reconnaîtront :)

Covid et Travail

 

 

A propos justine.wolf

A lire aussi

L'égalité filles-garçons en s'amusant De Boeck

L’égalité filles-garçons en s’amusant, édité chez De Boeck

L’égalité filles-garçons en s’amusant : 40 activités en classe pour comprendre et apprendre à vivre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com