“Chère Scarlet”, un témoignage poignant de dépression post-partum

On a souvent tendance à voir la naissance comme le plus beau moment de notre vie. Pour certaines, ça l’est. Pour d’autres, c’est un enfer. Et puis il y a les mères qui sombrent dans la dépression post-partum. Cet état que connaissent beaucoup mais dont personne ne parle. Parce que c’est tabou. Parce qu’être mère devrait être ce qu’il y a de plus beau sur terre. Oui, mais non. Teresa Wong lève le voile sur cette période douloureuse. Elle témoigne dans “Chère Scarlet“, une lettre à sa fille sous forme de roman graphique.

Chère Scarlett Teresa Wong

Résumé

Dans ce roman graphique intime et émouvant, Teresa Wong écrit et illustre l’histoire de sa lutte contre la dépression post-partum sous forme d’une lettre à sa fille Scarlet. Déchirant et drôle, Chère Scarlet rend parfaitement compte du désespoir silencieux de celles qui souffrent de dépression post-partum et du profond sentiment de culpabilité et d’incompétence.
Chère Scarlet  est un parcours poignant et profondément personnel à travers les complexités de la nouvelle maternité, offrant de l’espoir aux personnes touchées et l’assurance qu’elles ne sont pas seules. 

À propos du livre

Chère Scarlet” est un roman graphique tiré d’une histoire vraie, publié chez Dunod. C’est un témoignage esquissé de ce que l’auteure a vécu. Une première fois. Et puis une autre. C’est un cri du coeur pour lever le voile sur la dépression post-partum.

De manière épurée, simplement, sans fioritures, elle dessine et expose. La peur de tomber enceinte. Les changements du corps. L’accouchement. Et puis l’après. Surtout l’après. Ce temps où l’on vous intime d’assurer quand tout votre corps vous laisse tomber.

La fatigue, le stress, l’inconnu laissent doucement place à la culpabilité.

Suis-je une bonne mère de penser à ma santé d’abord ? Est-ce normal d’être aussi épuisée ? D’avoir l’impression de détester son enfant ? Ou de ne juste lier aucun lien avec ? Et est-ce seulement normal de n’avoir pas même la force de s’assoir ?

Mon avis

Je ne sais pas pourquoi je suis particulièrement intéressée par le sujet de la maternité ces derniers temps. Pourtant je ne suis pas du tout prête à être maman. Mais je vous avais présenté il y a quelques semaines “La Naissance en BD” de Lucile Gomez. Il s’agissait alors de l’avant, le temps de la grossesse. Avec “Chère Scarlet“, il s’agit de l’après, l’après accouchement. Cette période si glamourisée dans les médias, et pourtant loin d’y ressembler.

Tout d’abord, en termes de graphisme, j’ai trouvé cela très plaisant. Le format graphique pour traiter de ce sujet est intéressant. Il est parfois plus aisé de représenter les émotions que les mettre en mots. On a donc un graphisme en filaire, noir et blanc, et ce n’est pas plus mal. Car l’essentiel dans ce livre, c’est le fond plus que la forme.

Et parlons-en du fond ! On oscille entre humour et émotions et cela créé la balance parfaite. Teresa Wong ne dramatise pas, ne sombre pas dans le pathos. Non, elle explique ce qu’elle a vécu et partage ce qu’elle a ressenti. Pour qu’on sache. Pour que l’on s’y retrouve. Car tant de femmes vivent des situations similaires sans savoir qu’elles ne sont pas seules.

En bref

Un témoignage émouvant qui permet de mettre en lumière la réalité de la maternité. Non, ce n’est pas toujours rose. Oui, c’est compliqué. Mais on ne s’inquiète pas, car généralement, on sort du tunnel. Il y a de l’espoir, toujours.

A propos Victoria MARION

Rédactrice littérature, gastronomie, mode, high tech, jeux de société et tourisme/voyage.

A lire aussi

Un putain de salopard – Tome 2 – Éditions Rue de Sèvres – BD

Lorsque la mère de Max est morte, le jeune homme était loin de se douter …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com